Implantation cochléaire sur audition résiduelle : conservation des structures anatomiques neurosensorielles

par Houssam Ibrahim

Thèse de doctorat en Oto-neurologie et oto-neurochirurgie. Implant cochléaire

Sous la direction de Éric Truy.

Soutenue le 01-12-2011

à Lyon 1 , dans le cadre de École Doctorale Neurosciences et Cognition (NSCo) , en partenariat avec Centre de Recherche en Neurosciences de Lyon (laboratoire) .

Le président du jury était Jean-Pierre Bebear.

Le jury était composé de Daniel Hartmann.

Les rapporteurs étaient Benoit Godey, Thierry Mom.


  • Résumé

    La surdité de perception est généralement la conséquence de la mort des cellules ciliées et de la dégénérescence supplémentaire des innervations afférentes induite par une absence de stimulation. Les indications de l’implant cochléaire se sont élargies en direction des patients sourds qui présentent un reliquat d’audition exploitable dans les fréquences graves. La persistance d’un reliquat auditif suffisant après l’intervention permet parfois une stimulation électrique acoustique, amplifiée acoustique sur les fréquences graves préservées, et électrique sur les fréquences aiguës. Actuellement, plusieurs protocoles de préservation de l’audition sont en investigation. Chaque protocole vise à appliquer des procédures qui minimisent les deux mécanismes du traumatisme, à savoir trauma immédiat et trauma différé. En particulier, une insertion atraumatique du porte-électrode (Flex EAS et Flex Soft ; Med-El) a été proposée pour minimiser le traumatisme chirurgical intracochléaire. L’application local et concomitante de médicament devrait améliorer la tolérance du tissu et donc réduire les dommages intracochléaire au niveau cellulaire. Un cathéter (Med-El) intra cochléaire pour la délivrance de médicaments intracochléaire a été développé, destiné à l’utilisation d’agents pharmacologiques in situ avant l'insertion du porte-électrode. Les propriétés mécaniques de ce cathéter n’induit pas de traumatisme dans la cochlée. Une insertion séquentielle de cathéter et de porte-électrodes est réalisable et souvent atraumatique

  • Titre traduit

    Residual hearing in cochlear implant patients : anatomical sensorineural structures preservation


  • Résumé

    Sensorineural deafness is generaly the result of hair cell death and additional degeneration of afferent innervation. In recent years the candidacy criteria for cochlear implantation have been expanding, and now include patients with severe to profound high-frequency hearing loss along with mild to moderate low-frequency loss. The single most important prerequisite for providing both electric and acoustic stimulation in the same ear is the preservation of acoustic hearing following the surgical procedure. Currently, several hearing preservation protocols are under investigation. Each protocol attempts to implement procedures that minimize both immediate and delayed mechanisms. Specifically, atraumatic approaches and electrode insertions (Flex EAS and Flex Soft) have been proposed that aim at minimizing the surgical aspect of intracochlear trauma. The concomitant application local of drugs should enhance tissue tolerability and thus reduce intracochlear damage on a cellular level. Acute and topical, intracochlear drug delivery prior to electrode array insertion with a disposable single-use catheter (Med-El) has been evaluated and developed. The flexible properties of this catheter are enough to be inserted without trauma in the cochlea. Sequential insertion of intracochlear catheters and electrode arrays is feasible and often atraumatic

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Claude Bernard. Service commun de la documentation. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.