La Murga au sein du carnaval uruguayen : contribution à une lecture des années 1969-1989

par Dorothée Chouitem

Thèse de doctorat en Espagnol

Sous la direction de Norah Giraldi Dei Cas.

Soutenue en 2011

à Lille 3 .


  • Résumé

    Arrivées au pouvoir à la faveur du coup d'Etat du 27 juin 1973, les Forces Armées uruguayennes qui occupaient les devants de la scène politique depuis septembre 1971, date à laquelle elles furent chargées de la lutte antisubversive, ne firent que durcir des mesures en vigueur depuis 1968 et ce afin d'obtenir un contrôle hégémonique des organes du pouvoir. Interdiction des partis politiques et des syndicats, censure, répression, emprisonnements, tortures et disparitions semèrent la désolation. S'appuyant sur les recherches menées notamment par Milita Alfaro sur les origines du carnaval en Uruguay, la thèse contextualise l'espace public en dictature comme lieu réservé à la diffusion de la doxa où toute parole jugée dissidente se voit muselée. Le propos principal de cette thèse, basée sur une abondante recherche de terrain et des matériaux d'archives jusqu'ici inédits, est d'interroger et d'interpréter une nouvelle configuration d'action "politisée" qui prit place dans l'espace festif du tablado pourtant sous étroite surveillance. Au sein du genre murga, connu pour ses fonctions de divertissement populaire, la production de certaines de ces troupes allaient emprunter un chemin différent en détournant la fonction première de ces festivités. Le travail se propose de commenter et d'analyser comment le teatro de los tablados allait ainsi offrir un autre canal à une certaine forme de contestation, tout en limitant les risques encourrus.

  • Titre traduit

    The Murga in the heart of the Uruguayan carnaval : a contribution to the understanding of the years 1969-1989


  • Résumé

    The Uruguayan miitary forces, on the power since the 27th June 1973 coup d'Etat, had taken the political lead after September 1971 when they took over the anti subversive fight, which they did by toughening the policies existing since 1968 whith views of gaining a hegemonic control of the organs of power. Measures like the prohibition of political parties and unions as well as censure, imprisonment, torture and disappearances sowed desolation in the country. Based on the researches on the origins of the carnival in Uruguay, particularly on Milita Alfaro's, this thesis focuses on the public space during the dictatorship as a place confined to the diffusion of the doxa where every word thought to be dissident would be muzzled. The main purpose of this thesis, which is based on an ample research field and so far unpublished files, is to interrogate and to interpret this new configuration of politised action that took place in the festive venue of the tablado despite of being under thorough scrutiny. Within the murga's genre and its main capacity of amusement, some murga troupes were to take a different course eccentric to this festivities' primary function. This work intends to offer a commentary and an analysis on how the teatro de los tablados would open a channel for contested expressions limiting the incurred risks.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol.(439 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 343-373. Notes bibliogr. Index

Où se trouve cette thèse ?