La vaisselle en "bronze" en Europe protohistorique : modèles et copies entre les XIIIe et VIIIe siècles avant notre ère

par Ewa Wyremblewski

Thèse de doctorat en Archéologie - Protohistoire européenne

Sous la direction de Anne Lehoërff.

Soutenue en 2011

à Lille 3 .


  • Résumé

    Au cours du XIIIe s. Av. N. è. La métallurgie du bronze en Europe est florissante. Un type de vaisselle apparaît, qualifié de luxueux. L'origine serait hongroise, mais l'interprétation est basée uniquement sur des jugements d'ordre typologique. Ce mobilier constitue des objets-clefs pour l'histoire de la métallurgie. Cependant ils n'avaient jamais été regardés sous cette angle, permettant pourtant la compréhension des modes de fonctionnement de l'artisanat en Europe aux âges des métaux. Ceci est réalisable grâce à des études techniques visuelles des objets, conjointement à un travail de laboratoire dans le cadre d'un programme d'archéométallurgie. La réalisation d'un tel mobilier implique une maîtrise des procédés de fabrication allant de de la fonderie à la déformation plastique, jusqu'aux techniques de décorations et de finitions. Les études typologiques et l'observation à l'œil nu, ne suffisent pas toujours pour connaître le type de fabrication et le contexte culturel d'un objet. Or, le métal est un matériau qui garde en mémoire les actions thermomécaniques qu'il a subies. Les études en laboratoire démontrent des savoir-faire multiples pour ce mobilier qui laissait jusqu'alors entrevoir une forme de standardisation. Il s'agit de comprendre une évolution technique sur plusieurs siècles et les modes de transmission des connaissances artisanales pour ces objets apparemment identiques, retrouvés à des milliers de kilomètres de distance les uns des autres. Selon quelle chaîne opératoire sont-ils fabriqués ? Tel fut l'objectif visant à comprendre les sociétés anciennes par le biais des techniques et à travers un matériau fondamental pour cette période, les alliages cuivreux


  • Résumé

    Between the thirteenth and eighth centuries B. C. , the circulation of materials and finished products went well beyond their native production areas. This applies to the amphoras, cruciform-handled cauldrons and bowls with or without handles whose discovery all over Europe indicates that they were products with chronological, typological as well as stylistic agreements. From the 1950's onwards it had generally been thought that any substantial amount of artefacts retrieved in a given area indicated their "source" and the type of community using them. Therefore, according to most publications, since the more one would move away from this source the rarer they would become, the geographical origin of such vessels was the Carpathian Basin. Until now, standardization had been privileged without any consideration for the manufacturing conditions of aforementioned vessels. But since metal keeps a "memory" of the thermomechanical action undergone, archeometallurgy has helped shed new light on the materials, tools and procedures used in the Metal Ages by studying both the metal and alloy objects' surfaces and internal structures. The distribution of Final Bronze metal production is denser in Central Europe but nevertheless acknowleged in France, Germany, Austria, Italy and Northern Europe, from Blanot to Unterglauheim, and fixing wheter the techniques employed in Biernacice had been the same as in Veio or Hajdúböszörmény required a thorough examination of the technical choices involved - i. E. Alloys, foundry, hammering, decoration - and has rendered possible the identification of specialized workshops and circulation networks while enabling us to assert whether they revealed the displacement of a specific population rather than the diffusion of an artisanal know-how, in accordance with Claude Rolley's statement that "The capacity of a culture to import new techniques, or on the contrary to improve them by its own means, is both a spectacular demonstration and a mark of its vitality" (ROLLEY et al. 1988, p. 9). The main interest of this research is therefore the understanding of a technical evolution over several centuries. In this regard, if thirteenth century vessels had been manufactured with similar process as those of the eighth, a transcultural approach of exchanges and their diffusion in the Metal Ages had to be undertaken.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (897 p.-[190] p.)
  • Notes : Publication non autorisée
  • Annexes : Bibliogr. p. 819-871. Notes bibliogr..

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Institut de recherches historiques du Septentrion. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH 985-1
  • Bibliothèque : Institut de recherches historiques du Septentrion. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH 985-2
  • Bibliothèque : Institut de recherches historiques du Septentrion. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH 985-3
  • Bibliothèque : Université Charles de Gaulle. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 50.377-2011-43-1
  • Bibliothèque : Université Charles de Gaulle. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 50.377-2011-43-2
  • Bibliothèque : Université Charles de Gaulle. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 50.377-2011-43-3
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.