Les campagnes littorales saintongeaises à la fin du Moyen Âge (XVe- mi XVIe siècles)

par Sébastien Périsse

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Michel Bochaca.

Soutenue le 28-02-2011

à La Rochelle, dans le cadre de Sociétés, Cultures, Echanges.

Le président du jury était Jean-Luc Sarrazin.

Le jury était composé de Jean-Luc Sarrazin, Mathieu Arnoux, Jean-Luc Fray, Mathias Tranchant.

Les rapporteurs étaient Mathieu Arnoux, Jean-Luc Fray.


  • Résumé

    Région frontalière, exposée aux descentes ennemies autant qu’aux transgressions marines et aux invasions de sables, la Saintonge présente nombre de contraintes. Pourtant, au XVIe siècle, nombre d’indices témoignent d’une reconstruction réussie dans cette région enclavée. Durement éprouvée lors de la guerre de Cent Ans, la population a modifié son approche du littoral pour compenser l’absence de grand pôle urbain susceptible de mener à bien la reprise économique. L’économie saintongeaise développe dès lors des activités s’appuyant sur la dualité des campagnes côtières. Cette combinaison des ressources de l’estran et des terres offre aux habitants une forme de résilience efficace face aux risques alimentaires. Cette relative sécurité alimentaire facilite la reprise démographique dans les paroisses littorales. Le sel, le poisson, la récolte du varech, des coquillages ou de la salicorne permettent non seulement d’accroître les ressources locales, mais génèrent aussi d’autres activités comme la verrerie ou le tannage entre autres. Avec la céréaliculture, l’exploitation du bois ou le développement conséquent de l’élevage, la région dispose d’un panel conséquent de denrées commercialisables. La Saintonge intègre ainsi les sphères d’influence de La Rochelle et de Bordeaux. En tant que périphérie plus ou moins intégrée de ces deux pôles, les campagnes saintongeaises entrent dans leurs réseaux de relations commerciales avec les marchands fréquentant le golfe de Gascogne. Les deux villes-ports apportent également à la région les capitaux qui manquent. En effet, malgré la pluriactivité et la formation de communautés taisibles, la population saintongeaise ne parvient pas à générer les capitaux indispensables permettant à la région de poursuivre son développement économique. A la fin du Moyen Âge, la Saintonge offre donc le visage d’un territoire enclavé mais ouvert au commerce maritime par de petits ports, mais aussi d’une région riche avec des fortunes locales limitées.

  • Titre traduit

    The coastal rural areas of Saintonge in the late Middle Age (XVth- first half of XVIth centuries)


  • Résumé

    Saintonge presents a certain number of constratints: it is a border zone and as thus exposed to enemy raids; it also suffers from the encroachments of the sea and the invasion of sand dunes. Nevertheless, in the 16th century, converging signs show that this region, however distant from the main economic centers, has experienced a successful reconstruction. Victims of the Hundred Year’s war, local people have modified their approach of the coast to compensate the lack of a major urban center that would have organized economic recovery. From then on, the Saintonge economy is grounded on the dual resources of the coastal zones. The inhabitants combine the resources of the seashore and the countryside to better resist food risks. This relative food safety is instrumental in the demographic recovery of the coastal parishes.Salt gathering, fishing harvesting kelp (varech), picking shells or salicorne not only increase local resources, they generate other activities such as glass-making or tanning among others. With the cultivation of cereals, the exploitation of wood or the significant developpement of breeding, the area has a substantial panel of marketable foodstuffs to offer. In this way, Saintonge integrates the spheres of influence of La Rochelle and Bordeaux. It takes part in the trade connections that they have established with the merchants from the bay of Biscay. Both harbour-cities also contribute financial capital, something Saintonge itself coul nod provide. The fact is, in spite of its range of activities and economic developpment. So that at the end of the Middle Ages, Saintonge offers several aspects: it is out of the way but it compensates for it with its small coastal harbours and it has become prosperous, with some significant fortunes emerging from the area.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de La Rochelle. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.