Description d'une langue Cangin du Sénégal : le laalaa (léhar)

par El Hadji Dieye

Thèse de doctorat en Linguistique

Sous la direction de Yèro Sylla et de Stéphane Robert.

Soutenue en 2011

à Paris, INALCO .


  • Résumé

    Le laalaa qui fait l'objet de notre étude est une langue du sous-groupe cangin. Les langues cangin appartiennent à la branche nord des langues atlantiques de la famille Niger-Congo. Cette langue est essentiellement parlée dans une zone très restreinte située l'ouest de la ville de Tivaouane (le Léhar) par environ 12000 locuteurs. A cela s'ajoute le fait qu'elle est aujourd'hui menacée de disparition notamment par le wolof. C'est également une langue où il n’existe presque pas de travaux scientifiques. Aussi, l'objectif que nous nous sommes fixés dans cette thèse est de fournir une description de première main qui servira de point de départ aux travaux à venir. Cette description est centrée sur le parler du village de Mbaraglou Moussa (Bargaro). Dans la première partie nous avons abordé l'étude phonétique et phonologique de la langue. Au niveau phonétique, le laalaa compte 10 voyelles brèves et 10 voyelles longues qui se répartissent en deux classes selon le trait ±ATR (Advanced Tongue Root) qui régit principalement l'harmonie vocalique. Dans un mot, on ne peut avoir que des voyelles appartenant à la même classe. Quant aux sons consonantiques, leur étude fait état de plusieurs phénomènes phonologiques tels que la lénition, l'amuïssement, l'assimilation, la neutralisation. La deuxième partie de ce travail est consacrée à la classification nominale et à l’étude morphosyntaxique des différentes catégories de mots. Le laalaa compte 10 classes nominales auxquelles on peut ajouter une classe locative d- qui sert à former les adverbes de lieux ainsi que les substituts aux noms de lieu. Le laalaa étant une langue très agglutinante, la morphologie fait montre d'un système très complexe par lequel la langue enrichit son lexique mais aussi marque ses temps aspects et modalités (TAM). La troisième partie consacrée à l'analyse syntaxique a permis de mettre en évidence l'organisation des différents constituants (constituant nominal et constituant verbal) en unités phrastiques et la façon dont ces dernières s'articulent pour former des énoncés complexes.

  • Titre traduit

    Description of cangin language of Senegal : laalaa (léhar)


  • Résumé

    Laalaa, which is the object of our study, is a language of the Cangin subgroup. The Cangin languages belong to the Northern branch of the Atlantic languages of the Niger -Congo family of languages. Laalaa is essentially spoken in a very restricted zone, situated on the We'st of Tivaouane (Lehar) town and is spoken by approximately 12000 speakers, Laalaa is an endangered language; threatened particularly, by the widespread of Wolof. Almost no scientific work has been done on this language Thus ; the prime objective of this thesis is to provide a first-hand description of the language which will serve as a starting point for future studies. The present description is based on the dialect of Mbaraglou : Moussa (Bargaro) village. In the first part, we deal with the phonetic and the phonological study of the language. At the phonetic level, Laalaa counts 10 short vowels and 10 long vowels divided into two classes according to the ATR feature (Advanced Tongue Root) which mainly governs the vowel harmony. A word cannot only contain vowels belonging to the same class. As for the consonant sounds, their study shows several phonological phenomena such as lenition, syncope, assimilation and neutralization. The second part is about the nominal classification and the morphosyntactic study of different categories of words. Laalaa has 10 nominal classes to which we can add a locative class d- whose purpose is to form the adverbs of place as well as the substitutes in the names of places. Laalaa, being a highly agglutinative language, has a very complex morphological system through which it enriches its lexicon but also marks its tenses, aspects and modalities (TAM). The third part, devoted to syntactic analysis, made it possible to reveal the language's organization of various constituents (nominal constituents and verbal constituents) in sentential units and the manner in which these latter are linked together to form complex utterances.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (358 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 300-304.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (Paris).
  • PEB soumis à condition
  • Cote : BULAC MON 4 1427
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.