Violent regulation and artists in India : the transformation of freedom of expression

par Malvika Maheshwari

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de Christophe Jaffrelot.

Soutenue en 2011

à Paris, Institut d'études politiques .

  • Titre traduit

    Les artistes en Inde : régulation par la violence : la transformation de la liberté d'expression


  • Résumé

    L'article 19 de la Constitution indienne garantit à tout citoyen le droit à la liberté d'expression. Cet article fut adopté en 1950 afin de poser les bases d'une démocratie laïque. Néanmoins, son interprétation connut d'importants changements à partir des années 1980 et des années 1990 lorsque les artistes et les œuvres d'art eurent à subir des violences continuelles. Cette thèse examine comment la liberté d'expression des artistes fut diversement interprété et comment elle fut régulé depuis les années 1950. Nous analysons ces évolutions en travaillant sur les rôles qu'on joués les instances de régulations étatiques (comme le Parlement, les tribunaux, l'Académie nationale des Arts). Nous montrons comment l'expression artistique fut l'objet de violences visant à la réguler. Ces violences traduisent un contexte politique changeant marqué par la criminalisation du Congrès et l'essor des tensions communautaires concomitant avec l'essor du Bhartiya Janata Party. Enfin, la présente recherche insiste sur les attaques dont les artistes furent la cible de la part des organisations nationalistes hindoues alors que le contexte politique est marqué par l'apparition de nouveaux médias et une anxiété croissante de voir l'Islam affirmer sa suprématie dont la population à majorité hindoue serait la victime. Ce mode opératoire fut repris par diverses organisations socio-politiques qui, bien que dépourvues de motivations idéologiques, attaquèrent les artistes en considérant que leurs sentiments personnels avaient été heurtés. Par le passé, l'Etat n'envisageait pas de rester neutre dans cette situation. Désormais, non seulement il le demeure, mais il appuie ceux qui répriment la liberté artistique. En décrivant les motivations de ceux qui commettent ces violences ainsi que le climat de peur et d'auto-censure qui règne parmi les artistes, nous démontrons que la régulation violente et désordonnée à laquelle est soumise la liberté artistique contribue à créer un climat de terreur perpétuel. Les libertés artistiques ont été modifiées, non dans le cadre constitutionnel mais en dehors de ce dernier.


  • Résumé

    Enshrined in the Article 19 of the Constitution of India, freedom of speech and expression is a fundamental right of every citizen. Adopted in 1950 with the aim of establishing a secular democracy, the trajectory of the Article 19 demonstrates a substantive mutation in the discourse of free speech due to the sustained violence on artists and works of art since the 1980s and early 1990s. The thesis examines the transformation of the meaning and the mechanisms of regulating freedom of expression of artists in India since the 1950s. It explores the complexities informed by the historically specific forms that both the regulatory (laws, judicial directives etc. ) and allocatory (the National Akademies of Art) aspects of state intervention have assumed in India. It also provides a window into the trajectory of violent regulation of artistic expression by examining the political changes through the criminalization of Congress and communal violence under the Bhartiya Janata Party. The work traces the militant Hindu nationalists’ attacks on artists- informed by new media technologies, anxiety of Islam’s supremacy over the ‘victimized’ Hindu majority, representation of women and sexuality, anti-West sentiments etc. Devoid of any ideological motives, gradually various socio-political organizations began emulating this modus operandi of attacking artists by claiming of ‘hurt sentiments. ’ While the institutions of state earlier considered it unaffordable to be neutral in such a conflict, now not only remained neutral but sided with those indulging in coercive suppression of artistic liberties. Tracing individual motivations behind the acts of violence and artists’ widespread admission of fear and self-censorship, the work argues that violent regulation of artistic expression from an unexpected, infrequent interruption of the creative process of everyday life transformed into a ‘continuous reign of terror. ’ The transformation of artistic liberties occurs not within the framework of the Constitution as much as over the very nature of the Constitution.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (436-75 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.401-436

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Fondation nationale des sciences politiques. Bibliothèque.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Bordeaux. Direction de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Droit, science politique,économie.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFT 11/IEPP/0028
  • Bibliothèque : Université Toulouse 1 Capitole. Service commun de la documentation. Bibliothèque de la Manufacture des tabacs.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : GM1501-2011-35
  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section Droit.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.