La ville criminelle dans les grands cycles romanesques de 1840 à 1860 : stratégies narratives, et clichés

par Nicolas Gauthier

Thèse de doctorat en Arts

Sous la direction de Lise Queffélec et de Stéphane Vachon.

Soutenue le 24-05-2011

à Grenoble , dans le cadre de École doctorale langues, littératures et sciences humaines (Grenoble) , en partenariat avec Traverses 19-21 (Saint-Martin-d'Hères, Isère) (équipe de recherche) et de Équipe de recherches sur l'histoire- les théories et la didactique de la littérature et des arts du spectacle des 19e- 20e et 21e siècles / Traverses 19-21 (laboratoire) .

Le président du jury était Chantal Massol.

Le jury était composé de Lise Queffélec, Stéphane Vachon, Ugo Dionne.

Les rapporteurs étaient Ruth Amossy, Jacques Migozzi.


  • Résumé

    Notre thèse est consacrée à l'étude des Mystères de Paris (1842-1843) d'Eugène Sue et des romans qui ont cherché à profiter de son succès. Ces « mystères urbains » font du ressassement une stratégie narrative fort développée : ils tentent de se différencier en répétant. Notre thèse met en lumière les modifications et les recontextualisations de clichés et de scénarios convenus pour fictionnaliser la grande ville en fonction d'une prise de conscience aiguë des nouvelles réalités, au premier rang desquelles la découverte du prolétariat, la fascination de la modernité et la peur de la criminalité urbaine. Notre thèse offre un panorama des horizons culturels convoqués par les mystères urbains, une typologie de leur personnel romanesque criminel et l'examen de la construction du lecteur par l'œuvre – et de l'œuvre par le lecteur. Elle révèle une poétique des mystères urbains issue et ancrée dans un moment sociohistorique précis mais dotée d'une vaste portée et d'une pérennité surprenante.

  • Titre traduit

    The Criminal City in Novelistic Cycles Between 1840 and 1860 : Narrative Strategies and 'Clichés'


  • Résumé

    Our thesis studies Eugène Sue's “Mystères de Paris” (1842-1843) and the “romans-feuilletons” that have tried to gain profit out of its success. The “urban mysteries” make use of repetition as a much-developed narrative strategy: they intend to differentiate themselves while repeating. Our thesis shines light on the manners in which clichés and agreed scenarios are used and modified to fictionalize the big city, according to an acute awareness to new realities, first of which are the discovery of the proletariat, the fascination with modernity, and the fear of urban criminality. Our thesis presents a panoramic shot of the cultural horizons convened by the urban mysteries, a typology of the criminal characters, and the scrutiny of the construction of the reader by the novel – and of the novel by the reader. This thesis reveals a poetics of the urban mysteries stemming from and anchored within a precise sociohistorical moment, yet endowed with considerable reach and surprising endurance.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?