L'ironie dans la poétique du roman L'Homme qui rit de Victor Hugo

par Laurence Revol

Thèse de doctorat en Arts

Sous la direction de Chantal Massol.

Soutenue le 09-06-2011

à Grenoble , dans le cadre de Ecole doctorale Langues Littératures et Sciences humaines (Grenoble) , en partenariat avec Equipe rech sur l'hist, théories et la didactique littérature et des arts du spectacle (équipe de recherche) .

Le président du jury était Joëlle Gleize.

Le jury était composé de Chantal Massol, Claude Millet.

Les rapporteurs étaient Claude Millet.


  • Résumé

    Cette thèse se propose d'étudier les différentes manifestations de l'ironie dans la poétique romanesque de L'Homme qui rit de Victor Hugo selon trois axes d'étude. Le premier s'organise autour d'une analyse de l'énonciation polyphonique dans le roman. Qui prend en charge le récit et avec quelles intentions? Les propos des personnages sont souvent empreints d'ironie, et sont commentés par le narrateur ou l'auteur. Nous observons surtout la fonction de ses paroles dans l’énoncé : comment leur insertion influence-elle le déroulement du récit? Pourquoi favorisent-elles les manifestations de l’ironie? Puis, le deuxième axe de notre réflexion s'interroge sur le mélange des genres qui favorise également l’émergence de la parole ironique. L'utilisation de l’ironie permet à Victor Hugo de porter un regard critique sur son travail d'écrivain en reconsidérant ses pratiques d’écriture. Dans son roman L'Homme qui rit,il se veut, d’abord, poète en proposant une écriture proche de celle du texte poétique où l’image figure les idées et favorise aussi le registre ironique. L’auteur endosse aussi le rôle de dramaturge en mettant en scène la parole pour la rendre plus ironique et, en même temps, le travail de sape permanent de l’ironie ne fait qu’amplifier les visées politiques et littéraires de l’auteur. Victor Hugo dénonce certaines pratiques politiques afin de remettre en question aussi sa propre expérience d’homme politique. Enfin, le dernier axe de cette étude se propose d'observer la dimension métaphysique de l’ironie au cœur de la poétique en soulignant les différentes influences des mouvements de pensées philosophiques. Dans L’Homme qui rit, on peut distinguer deux choses : l’ironie classique, définie et utilisée au cours de l’Antiquité, et l’ironie moderne, apparaissant à la fin du 18ème siècle, qui correspond à l’émergence de l’ironie romantique. Dans le roman, l’ironie verbale s’inspire des procédés rhétoriques employés par les philosophes de l’Antiquité mais aussi de l’antiphrase, arme favorite des philosophes des Lumières pour qui la littérature ne se présente plus seulement comme un témoignage ou la critique d’une époque, mais elle devient aussi un intermédiaire entre l’écrivain et son lectorat afin que ce dernier s’interroge davantage sur sa condition et sur tout ce qui l’entoure. Dans L'Homme qui rit, l’utilisation de l’ironie n'a pas seulement pour vocation de railler, elle permet au lecteur d’étendre et d’approfondir sa réflexion sur sa propre condition.

  • Titre traduit

    The irony in the man who laughs at Victor Hugo


  • Résumé

    This thesis suggests studying the various appearances of irony in the romantic poetics of The Man who laughs by Victor Hugo according to three axes of study. The first one gets organized around an analysis of the polyphonic statement in the novel. Who takes care of the narrative and what are the intentions? The comments of the characters are often tinged with irony, and are commented upon by the narrator or the author. We observe especially the function of his words in the statement: how does their insertion influence the unfolding of the narrative? Why do they favor the demonstrations of irony? Then, the second axis of our reflection leads us to wonder about the mixture of the genres which also favors the emergence of the ironic word. The use of irony allows Victor Hugo to take a critical look at his work of writer by reconsidering his practices of writing. In his novel The Man who laughs, he is meant to be, at first, a poet by proposing a writing close to that of the poetic text where the image represents the ideas and also favors the ironic register. The author also assumes the role of playwright by staging the word to make it more ironic and, at the same time, the permanent undermining of irony is only amplifying the political and literary aims of the author. Victor Hugo denounces some political practices to question also his own experience as a politician.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Service interétablissements de coopération documentaire 2. Documentation électronique.
  • Bibliothèque : Université de Savoie (Chambéry-Annecy). Service commun de la documentation et des bibliothèques universitaires. Bibliothèque électronique.
  • Bibliothèque : Service interétablissements de coopération documentaire. Sciences, Médecine, Pharmacie. Bibliothèque de ressources électroniques en ligne (G@el).
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.