La prison pénale en France de 1791 à 1848 : élaborer l'espace de la réclusion.

par Audrey Higelin-Fusté

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Laurent Baridon.

Soutenue le 18-11-2011

à Grenoble , dans le cadre de École doctorale sciences de l'homme, du politique et du territoire (Grenoble) , en partenariat avec Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (Lyon) (équipe de recherche) et de LAboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes - UMR5190 / LARHRA (laboratoire) .

Le président du jury était Pierre Hartmann.

Le jury était composé de Laurent Baridon, Jean-Philippe Garric, François Loyer.

Les rapporteurs étaient Bernard Andrieu, Marc Renneville.


  • Résumé

    La thèse a pour objectif d'étudier l'élaboration de l'espace carcéral de 1791 à 1848 en deux temps. Le livre I, Genèse philosophique et législative de la prison pénale, étudie le réinvestissement de la philosophie dans le droit pénal, et s'intéresse aux premières occurrences formelles de lieux de détention français pensés spécifiquement pour cet usage. Le livre II, La promotion du système cellulaire en France : conséquences, questions de spatialité et de réception, propose une étude analytique du fait carcéral dans sa dimension spatiale, en insistant sur l'élaboration idéologique et formelle de l'espace cellulaire. D'un point de vue épistémologique, le livre I sollicite l'histoire du droit, des idées, et la philosophie politique afin de conclure sur la manière dont les principaux promoteurs de la prison pénale ont influencé les évolutions de la fin du XVIIIe siècle. Le livre II s'intéresse davantage à la théorie d'architecture et analyse la manière dont l'espace carcéral formel s'est construit dans les faits et dans les imaginaires, en concluant sur la question du rapport qu'entretient le corps du détenu avec ce type d'espace contraint, sollicitant alors la sociologie du corps et la psychosociologie de l'espace.

  • Titre traduit

    Penal system in France, 1791-1848 : the evolution of spaces for the confinement of prisoners


  • Résumé

    The aim of thesis is to study the development of the prison between 1791 and 1848. Part One (‘The philosophical and legislative origins of the penal prison') investigates the philosophical underpinning of penal law during the period, and, in particular, considers the first purpose-built places of detention constructed by the French state. Part Two (‘Consequences of the rise of the individual prison cell in France: spaces and responses) presents an analytical approach to studying the prison as an architectural space, especially the evolution of the ideology behind the prison cell and the formal-spatial qualities of the cell itself. The thesis necessarily draws from a variety of disciplines. In order to discern how the penal prison's main exponents shaped its development at the end of the eighteenth century, Part One brings together material from the histories of law, political philosophy and ideas. By contrast, Part Two concerns the theory of architecture and scrutinises how the formal prison space was constructed both in reality and the imagination: in addressing the link between the detainee's physique and this type of constrained space, it draws from the sociology of the body and the psycho-sociology of space.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Service Interétablissement de Documentation. LLSH Collections numériques.
  • Bibliothèque : Université Savoie Mont Blanc (Chambéry-Annecy). Service commun de la documentation et des bibliothèques universitaires. Bibliothèque électronique.
  • Bibliothèque : Service interétablissements de Documentation. STM. Collections numériques.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.