Les fondements psychiques, linguistiques et institutionnels de la serviture volontaire : l'aliénation du désir dans le registre du politique

par Nicolas Jouvenceau

Thèse de doctorat en Sciences religieuses

Sous la direction de Myriam Revault d'Allonnes.


  • Résumé

    Comment et pourquoi peut-on être amené à abdiquer sa liberté tout en contribuant à sa propre servitude — envers un tyran, un parti, une nation, un système ? Telle est l’énigme léguée par La Boétie depuis son « Discours de la servitude volontaire ». Cette recherche s’est donnée pour objectif d’explorer les méandres psychiques, linguistiques et institutionnels par lesquels passe le désir lorsqu’il s’investit dans le registre politique. Nous avons ainsi pu mettre au jour une partie des raisons pour lesquelles il risque tendanciellement de se placer dans la dépendance univoque d’un grand Autre, d’adopter des formes prescriptives de la langue, du discours et de l’imaginaire social, de renoncer à sa capacité instituante. Ceci a été rendu possible grâce à la contribution de disciplines multiples, que nous avons cherché à mobiliser conjointement tout en respectant leur spécificité : linguistique, sociologie, histoire, anthropologie, psychanalyse, philosophie politique. Face à un sujet du désir dont les modes de fonctionnement résistent à la logique et à la conceptualisation, le jeu croisé des conceptualités permet en effet de mieux faire apparaître comment la méconnaissance de ce qui nous constitue et la recherche aveugle de satisfactions pulsionnelles alimentent les phénomènes de servitude volontaire. Ces derniers n’obéissent cependant pas à une logique univoque ni ne constituent un état stable et durable. Parce que le désir ne se réduit pas à ses formes socialisées, que la langue offre de multiples occasions d’émancipation et que les institutions elles-mêmes dépendent de ce que nous en faisons, le choix de la liberté demeure l’alternative toujours adossée à la servitude volontaire.

  • Titre traduit

    ˜The œpsychic, linguistic and institutional bases of voluntary servitude : an exploration of the sources and meanders of the alienation of desire in the political field


  • Résumé

    How and why can one be brought to renounce one’s freedom while partaking in one’s own servitude — to a tyrant, a party, a nation, a system. . . ? Such has been the enigma left by La Boétie since his “Discourse on Voluntary Servitude”. This dissertation aims at exploring the psychic, linguistic and institutional meanders through which our desire circulates when it is invested in the political field. In doing so we have partially uncovered the reasons why it tends to risk being put in a state of univocal dependence on a big Other, translating into prescriptive forms of language, discourse or social imaginary, renouncing its institutional capacity. This was made possible by gathering contributions from various academic fields, which we have endeavoured to use in association while respecting their specificity: linguistics, sociology, history, anthropology, psychoanalysis, political philosophy. Faced with a subject of desire which modes resist logic and conceptualisation, the interplay of conceptual apparatus reveals in what way the ignorance of what constitutes us, and the blind pursuit of the satisfaction of impulses, fuel phenomena of voluntary servitude. However, these do not follow a univocal logic, nor do they constitute a stable, durable state. Because desire cannot be reduced to its social forms, because language offers many opportunities for emancipation, the choice of freedom remains the constant alternative to voluntary servitude.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (599 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 586-599. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : École pratique des hautes études. Service commun de la documentation, des bibliothèques et des archives.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : DOC 11.19

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.