Sondage dans la pensée du patriarche maronite Etienne Douaïhi (Al-Duwayhy) (1630-1670-1704) sur l'Esprit saint, d'après trois chapitres des "Dix Candélabres" (Candélabre 7 / Exposé 2 / Section 3, Chapitres 3,4 & 5) : etablissement du texte arabe à partir du manuscrit de Kreim 111, traduction française annotée, étude linguistique & argumentative, examen des diverses traditions culturelles

par Bénedict Madeleine Cauchois

Thèse de doctorat en Sciences religieuses

Sous la direction de Mārūn ʿAwwād.

Soutenue en 2011

à Paris, EPHE , en partenariat avec École pratique des hautes études (Paris). Section des sciences religieuses (autre partenaire) .


  • Résumé

    Le livre des "Dix Candélabres" du patriarche maronite Etienne Douaïhi, écrit au Mont Liban, explique la messe maronite; il contient un commentaire du "Symbole de foi"incluant une "Section" sur l'Esprit Saint. Les trois chapitres étudiés (dix pages) traitent un point de doctrine théologique trinitaire objet de litige entre chrétiens, l’origine éternelle de l’Esprit Saint; l’argumentation, fondée sur l’Évangile, fait aussi appel, pour corroborer ses résultats, à la tradition ecclésiale, syriaque et grecque. La langue n’est pas parfaitement classique. Le ms Kreim 111, carchouni (arabe écrit en caractères syriaques), portant des corrections autographes, est pris pour base de l’étude, de préférence à une édition parue à Beyrouth en 1895-96 qui, linguistiquement corrigée, altère parfois le développement et la pensée. Etienne Douaïhi, chrétien oriental de tradition syriaque, a fait ses études, littéraires, philosophiques et théologiques, à Rome. Est-il marqué par le milieu latin de sa formation au point d'exprimer en arabe une pensée toute latine et de simplement décalquer la théologie latine de l’Esprit Saint en affirmant que les maronites, comme les latins, professent que l’Esprit Saint procède ou "efflue" du Fils? ou bien, tout en restant en accord avec les latins, dégage-t-il une théologie orientale spécifique? Son argumentation est-elle rigoureuse et ses citations patristiques sont-elles exactes et judicieuses? ou bien, dans son désir de trouver une unité de pensée sous-jacente à des expressions diverses, interprète-t-il les textes qu'il cite selon des concepts latins qui leur sont étrangers? Enfin, que peut apporter cet auteur arabe chrétien au dialogue religieux du 21e siècle?

  • Titre traduit

    Sounding (First investigation about) the thought of Maronite patriarch Stephen Doueihy (Al-Duwayhy) (1630-1670-1704) about the Holy Ghost, according to three chapters of the "Ten Candelabra" (Candelabrum 7 / Exposition 2 / Part 3, Chapters 3, 4 & 5 - Establishment of the Arabic text from manuscipt Kreim 111, annotated french translation, linguistic and argumentative study, multicultural tradition survey


  • Résumé

    Maronite Patriarch Stephen Doueihy’s book, "The ten Candelabra", written in Mount Lebanon and explaining the Maronite Mass, includes a commentary of the "Symbol of Faith", one "Section" of which relates to the Holy Ghost. The three chapters object of the present research (about ten pages) deal with a point of Trinitarian theological doctrine, the creed concerning Holy Ghost’s origin, about which Christians were strongly divided. The Gospel based argumentation has also recourse to Syriac and Greek ecclesiastical tradition, so as to corroborate its results. Doueihy’s language is not a perfect classical Arabic. Basis of the research is manuscript Kreim 111, “carshuni” (i. E. Arabic language written in Syriac characters), containing also autographic corrections, whereas this book published in Beirut in 1895-96 with linguistic “corrections”, is not reliable. Stephen Doueihy, Oriental Christian belonging to Syriac tradition, studied in Rome (humanities, philosophy and theology). Did the Latin environment of his training years so strongly impress on him that he only translates Latin ideas into Arabic when he affirms that the Maronites, as the Latins, profess that the Holy Ghost proceeds or “flows” from the Son? or, though remaining agreeing with the Latins, does he elucidate or elaborate a specific Oriental theology? Is his argumentation rigorous and are his numerous patristic quotations genuine and judicious? or, wishing to find unity of thinking under variety of expressions, does he interpret the quoted texts according to Latin concepts which actually are irrelevant? Last, what can this Christian Arabic author bring to religious dialogue in 21st century?

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (pagin. multiple)
  • Annexes : Bibliogr. vol. 3 f. 822-845. Index. Glossaire.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Campus Condorcet (Aubervilliers). Grand Equipement Documentaire.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : DOC 11.5 (1-3)
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.