L'écoute du dieu dans les témoignages de piété personnelle en Egypte ancienne au Nouvel Empire

par Nathalie Toye

Thèse de doctorat en Egyptologie

Sous la direction de Pascal Vernus et de Philippe Collombert.


  • Résumé

    Cette étude s’intéresse à une catégorie de documents de piété laissés par des particuliers en Égypte ancienne qui développe le thème du dieu qui écoute les prières. Ces témoignages se rencontrent uniquement au Nouvel Empire (1539-1080 a. J. -C. ) ; on ne trouve pratiquement plus de mention du dieu qui écoute en contexte privé au-delà de cette période alors que la piété personnelle ne cesse de se développer jusqu’aux époques tardives. Le corpus de base se compose de stèles dotées de représentations d’une ou plusieurs oreilles – accompagnant parfois une scène d’offrande – et d’oreilles votives auxquelles viennent s’ajouter des prières sur différents supports (stèles, statues, naos, bassins…) dans lesquelles la divinité sollicitée est qualifiée de dieu qui écoute les prières. La démarche a consisté à collationner l’ensemble des documents, à les classer et à les traduire. Grâce à des travaux récents sur l’iconographie des oreilles dans les portraits royaux, il est possible de dater plus précisément un certain nombre d’entre eux. Cela révèle que les stèles à oreilles et les oreilles votives datent majoritairement de la XVIIIe dynastie, avant l’expansion du phénomène de piété personnelle de l’époque ramesside. L’élargissement du corpus des stèles à oreilles à celui des mentions du dieu qui écoute permet d’éclaircir cette répartition chronologique surprenante et d’établir le lien entre l’abandon des stèles à oreilles et le développement des consultations oraculaires par les privés. Ainsi il apparaît que plutôt qu’une conséquence, les documents de l’écoute se révèlent être un des facteurs clés des modifications qui s’opèrent dans la religion d’État au Nouvel Empire

  • Titre traduit

    ˜a œgod who listens to testimonies of personal piety in ancient egypt during the new kingdom


  • Résumé

    This study deals with a category of documents attesting to piety left by individuals in ancient Egypt which develops the topic of a god who listens to prayer. These testimonies occur only during the New Kingdom (1539-1080 BC); after this period, there is almost no more mention of a god who listens to private prayer whereas personal piety does not stop increasing till the Late Period. The reference corpus is made up of stalae with depictions of one or more ears – sometimes accompanied by the depiction of an offering – and votive ears together with prayers on various objects (stelae, statutes, naos, basins…) where the invoked deity is referred to as the god who listens to prayer. The approach has been to collate, classify and translate the documents. Thanks to recent work on the iconography of ears in royal portraits, it was possible to date more precisely a number of them. This shows that the ear stelae and the votive ears date mostly from the Eighteenth Dynasty, before the expansion of the phenomenon of personal piety in the Rameside period. If the corpus of ear stelae is extended to one which includes all items that mention the god who listens, a surprising chronological partition emerges which lets us establish the link between the abandonment of ear stalae and the development of oracular consultations by individuals. It therefore appears that the “hearing documents” constitute one of the key drivers of change in the New Kingdom official religion, rather than being a mere consequence of them.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 4 vol. (307, 302, 13 f.-CXLIII f. de pl.,14 f. )
  • Notes : Publication autorisée par le jury après corrections
  • Annexes : Bibliogr. f. 264-299. Notes bibliogr. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : École pratique des hautes études. Service Commun de la documentation, des bibliothèques et des archives.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 4 Ms 443 (1-4)
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.