Le chant des pleurs : ontologie, mythologie, et pratiques thérapeutiques chez les Salish de la côte

par Baptiste Gille

Thèse de doctorat en Anthropologie sociale

Sous la direction de Carlo Severi.

Soutenue en 2011

à Paris, EHESS .


  • Résumé

    Le présent travail se concentre sur la morphologie rituelle des danses spirituelles d’hiver (/mimelha/) des Salish centraux de la côte, afin de mettre en lumière des mécanismes de l’efficacité thérapeutique. Du diagnostic des symptômes, aux initiations et aux danses, le travail rituel consiste à déterminer une figure intentionnelle – un être surnaturel (/syəwəl/) – tenue pour responsable des souffrances de l’individu (/syəwəl sqaqəy/). Cette imputation d’agentivité à l’origine du mal suit un processus d’objectivation, puis de subjectivation, et enfin de réintégration, lors de la transe finale, de cet agent extérieur comme constituante ontologique du soi (/shxweli/ ou /smestiyexw/). Ainsi l’individu apprivoise l’agent responsable de ses souffrances pour en faire un protecteur et une partie de lui-même. Il acquiert dès lors une maîtrise sur la cause et de l’origine de ses souffrances. En imputant une agentivité extérieure et ouvrant un espace d’interaction avec cette entité, le rituel soulage les individus, via des mécanismes reposant moins sur le paradigme des causes et des explications, que sur celui des raisons, des intentions et de la compréhension.

  • Titre traduit

    The crying song : ontology, mythology, and healing practices among central coast Salish


  • Résumé

    The following work focuses on the ritual morphology of the Coast Salish’s winter spirit dancing (/mimelha/) and looks to highlight the mechanism of therapeutic effectiveness. From the diagnostic, to the initiation and dances, the ritual work is to determine the presence of an agency – a supernatural being (/syəwəl/) – held responsible for the individual’s suffering (/syəwəl sqaqəy/). This imputation of agency at the roots of the suffering follows a process of objectivation, subjectivation, and reintegration, in the final trance, of the external entity as an ontological constituent of the self (/shxweli/ or /smestiyexw/). Thus, the individual transform the agent responsible of his suffering into a protector and a part of himself. He then acquires a power on the cause and origin of his suffering. By designating an external agency, gradually integrated through a number of interactions with ritual agents, the ritual relieves pain, through mechanisms more likely to suit the paradigm of reasons, intentions, and comprehension, than the one of causes and explanations.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (616 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 581-610

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Médiathèque du musée du quai Branly - Jacques Chirac.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : Fondation Maison des sciences de l'homme. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Equipe SIMONE-Savoirs, genre et rapports sociaux de sexe. Centre de documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 13218
  • Bibliothèque : Médiathèque du musée du quai Branly - Jacques Chirac.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.