Migrations, organisations de la société civile et développement en Guinée

par Idrissa Barry

Thèse de doctorat en Socio-Économie du développement

Sous la direction de Ulrike Schuerkens.

Soutenue en 2011

à Paris, EHESS .


  • Résumé

    L'objectif principal de l'étude est de mesurer l'impact de la migration sur le développement socio-économique des populations et des familles de migrants à travers les transferts d'argent et de matériels et, les projets d'intérêts communautaires. Comme indicateurs, nous nous sommes basés sur les objectifs de développement de la Guinée, inscrits dans le Document stratégique de réduction de la pauvreté (DSRP). L'apport des migrants varie suivant leur statut (étudiants, résidents permanents, cadres, femmes. . . ). De façon générale, les apports sont généralement constitués de dépenses domestiques (scolarité, immobiliers, entretiens. . . ). Mais si cette manne est une source de revenus essentielle pour les familles des migrants, le caractère volatile et improductif des investissements amène à relativiser son rôle dans la création de richesses, d'emplois et de croissance économique pour la Guinée. Toutes fois, les associations jouent un rôle de développement communautaire -même de façon faible -par la réalisation des infrastructures d'intérêts communautaires (écoles, centres de santé, forages, désenclavement. . . . ) à travers leurs représentations locales, parfois en collaboration avec les institutions internationales de développement.

  • Titre traduit

    Migration, civil society organizations and development in Guinea


  • Pas de résumé disponible.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2013 par l'Harmattan à Paris

Migrations, ONG et développement en Guinée


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (487 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 465-487. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?