Fabricas de Tango : industria discografica temprana y musica popular argentina (1919-1930)

par Marina Berta Cañardo

Thèse de doctorat en Musique, Histoire, Société

Sous la direction de Estebán Buch.

Soutenue en 2011

à Paris, EHESS .


  • Résumé

    Cette thèse analyse plusieurs aspects de la relation entre l'industrie discographique et le tango dans les années 1920. Si la question de l'identité est étudiée à partir des discours de l'époque tels que publicités, catalogues et articles de presse, la dimension interprétative du tango est également analysée et placée par rapport à cette nouvelle forme de production, circulation et consommation de la musique qu'est le disque. On considère d'une part que l'industrie discographique contribua à la construction conflictuelle de l'identité nationale de l'Argentine ce qui rend évidente la dimension politique de l'activité. En même temps, la commercialisation des disques de tango en France anticipa un modèle de circulation de biens culturelles hors leur contexte originaire que le dispositif de disque favorisa et dont l'expression ultime est la world music. On analyse l'impact des changements technologiques dans l'exécution musicale en étudiant la relation entre l'apparition du microphone et la pratique de l' «estribillista » dans l'orchestre typique. Aussi les interprétations de tango sont placées dans le contexte du monde de la mode de la danse qui permet de comprendre l'influence que pourrait avoir l'impératif d'enregistrer des versions plus facilement dansantes pour la consommation promue à cet effet. On enquête sur les nouvelles conditions de travail des musiciens de tango émergés avec la massification du disque, à la fois par la concurrence entre la musique live et celle mécaniquement reproduite comme pour les nouvelles liens de travail et la logique du star-system qui commença avec l'industrie du disque et qui eut dans Carlos Gardel un des principaux représentants

  • Titre traduit

    Tango's Factories : the beginning of the record industry and popular music of Argentina (1919-1930)


  • Résumé

    This thesis analyzes several aspects of the relationship between the recording industry and the tango in the 1920s. If the question of identity is studied from the discourses of that time such as advertising, catalogs and newspaper articles, the interpretive dimension of tango is also analyzed and placed in relation to this new form of production, circulation and consumption of music that involve the record. We consider that the music industry contributed to the construction of national identity in conflict in Argentina which makes clear the political dimension of the activity. At the same time, the marketing of tango's record in France anticipates a circulation's model of cultural goods outside their original context that the record device favored and whose ultimate expression is the world music. We analyze the impact of technological changes in music performance by studying the relationship between the appearance of the microphone and the practice of "estribillista" in the typical orchestra. Also the tango's interpretations are placed in the context of the fashion world of dance for understanding the influence that may have the need to record versions more easily to dance for consumption promoted for this purpose. We investigate the new working conditions of tango musicians emerged with the mass of the records, both by the competition between live music and the mechanically reproduced as for new working relationships and the logic of the star system that began with the recording industry and has in Carlos Gardel one of the main representatives

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (301 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 267-284.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TPE 2011-62
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.