La communication interculturelle des vietnamiens francophones en insertion professionnelle : éthiques culturelles et coopération

par Minh Nguyet Nguyen

Thèse de doctorat en Sciences de la communication

Sous la direction de Daniel Raichvarg et de Philippe Ricaud.

Soutenue le 30-09-2011

à Dijon , dans le cadre de Ecole doctorale Langages, Idées, Sociétés, Institutions, Territoires (Dijon ; 2007-2016) , en partenariat avec Communications, Médiations, Organisations, Savoirs (CIMEOS) (Dijon) (laboratoire) et de CIMEOS (laboratoire) .

Le président du jury était Béatrice Galinon-Mélénec.

Le jury était composé de Philippe Castel.

Les rapporteurs étaient Dung Le Viet, Pierre Quettier.


  • Résumé

    Cette thèse étudie l’insertion professionnelle francophone au Vietnam dans une optique communicationnelle. La situation étudiée met en présence des recruteurs français et des candidats vietnamiens, dans une situation authentique d’embauche professionnelle. L’introduction pose la problématique générale : si, comme le déclare E.T. Hall, culture et communication sont le même phénomène envisagé sous deux facettes particulières, comment est-il possible de communiquer avec que recruteur français et candidat vietnamien s’entendent, se comprennent, concluent un accord ? Comment, en situation de la différence culturelle, la communication reste-t-elle envisageable ? En effet, les codes culturels favorisent la communication seulement s’ils sont partagés. Le paradoxe est qu’elle semble théoriquement impossible et pourtant force est de constater qu’elle se déroule souvent de manière suffisamment satisfaisante pour permettre la coopération. La problématique générale aborde deux questions touchant au processus d’insertion professionnelle entre un sujet français et un sujet vietnamien : comment les éthiques culturelles et professionnelles divergentes des acteurs provoquent-elles des malentendus au cours de l’interaction ? comment la coopération permanente des acteurs dans leurs stratégies d’interaction permet-elle à la communication interculturelle de se développer ? Le chapitre 1 expose les principes de l’approche culturaliste rapportée à la communication interculturelle. Cette présentation débouche sur une conclusion pessimiste : chacun étant enfermé dans sa culture, la communication avec une personne d’une autre culture s’avère logiquement impossible. En définitive, la culture fonctionne comme un facilitateur à condition de partager la même culture. Elle fonctionne comme un obstacle dans les autres cas. Le chapitre 2 présente l’approche interactionniste, laquelle postule des stratégies universelles qui facilitent l’interaction. À l’inverse du culturalisme, l’interactionnisme aboutit donc à une conclusion optimiste, considérant comme toujours possible la communication interculturelle pour peu que les stratégies d’interaction soient appliquées. Or, ces stratégies, supposées universelles, ont été établies sans prendre en compte la dimension culturelle. Le chapitre 3 s’efforce d’articuler logiquement le culturalisme et l’interactionnisme. Cette articulation suit le raisonnement suivant : on pose une distinction entre le plan des stratégies (générales, universelles) et celui des réalisations (culturellement marquées) ; or, les réalisations étant particulières à une culture donnée, une stratégie peut ne pas être reconnue pour ce qu’elle est. Il existe une sorte de hiatus entre les deux plans qui ne peuvent pas toujours fonctionner ensemble. c’est pourquoi une troisième instance est nécessaire, rendant compte de procédés facilitant le passage d’une stratégie à une réalisation. Ces procédés compensatoires, car ils visent à combler l’écart entre réalisations et stratégies, sont langagiers (fournir ou demander des explications, par exemple) et comportementaux (coopération, empathie) ; on obtient donc le mécanisme général du fonctionnement de la communication interculturelle : des stratégies similaires (plan 1) ; des réalisations différentes (plan 2) ; et des procédés de passage entre les deux plans ci-dessus mentionnés. Le chapitre 4 présente le corpus qui sert de base à cette étude. Le corpus est composé de trois séries de documents de première main. Le premier comprend 17 entretiens d’embauche authentiques, enregistrés, transcrits en français. Le second rassemble 9 entretiens semi-directifs menés par la doctorante auprès des recruteurs. Le troisième se compose de 9 entretiens semi-directifs également menés par la doctorante auprès des candidats.Le chapitre 5 rappelle les principes de la méthodologie, en l’occurrence, l’analyse de contenu, pour traiter les données brutes contenues dans le corpus. etc

  • Titre traduit

    Cross-cultural communication by French-speaking Vietnamese in professional integration : ethics and cooperation


  • Résumé

    This thesis studies the professional integration in Vietnam of French-speakers in terms of communication. The study context involves French recruiters and Vietnamese candidates in authentic recruitment situations. Introduction presents an overview of the problem: if, as declared by E.T. Hall, culture and communication are the same phenomenon viewed under two particular facets, is it possible for French recruiters and Vietnamese candidates to communicate in order to understand, get along with each other, and reach agreement ? How can communication be viewed in the situation of cultural differences? In fact, cultural codes facilitate communication only when they are shared. The paradox is that theoretically, communication seems impossible; however, we have to admit that it usually takes place in a manner satisfactory enough to permit cooperation. Overview of the problem deals with two questions regarding the process of professional integration between a French subject and a Vietnamese subject: how do cultural ethics and professional divergences of the actors cause misunderstandings during interactions? does constant cooperation between the actors in their interactional strategies allow intercultural communication to develop? Chapter 1 presents the principles of the culturalist approach for intercultural communication. The presentation leads to a pessimistic conclusion: whenever an actor is locked in his/her culture, communication with a person from another culture is proved to be logically impossible. Definitely, culture functions like a facilitator on the condition of sharing the same culture. It functions like an obstacle in other cases. Chapter 2 presents an interactionist approach which applies universal strategies to facilitate interactions. Contrary to culturalism, the interactionist approach leads to an optimistic conclusion, considering intercultural communication to be always possible provided that the interactional strategies are applied. Yet, these strategies, supposedly universal, have been established without regarding the cultural dimension. Chapter 3 attempts to establish logical links between culturalism and interactionism. The connection is based on the following reasoning: we make the distinction between the plan of strategies (general, universal) and the plan of realisation (culturally marked); nevertheless, because the realisations are peculiar to a given culture, a strategy cannot be recognised as it really is. There exists some sort of hiatus between the two plans which usually cannot function together; that is why a third level is necessary to facilitate the transition from a strategy to a realisation. The compensation process that aims to fill in the gaps between realisation and strategy is bothlinguistic (providing or asking for explanations, for example), and behavioural (cooperation, empathy); so we can obtain the general mechanism for the functioning of intercultural dynamics: the similar strategies (plan 1); the different realizations (plan 2); and the transitional processes between the above mentioned plans. Chapter 4 presents a corpus which serves as the basis for this study. The corpus consists of three series of first-hand documents. The first series comprises 17 authentic job interviews which were recorded and transcribed in French. The second consists of 9 semi-directive interviews with recruiters conducted by the researcher. The third consists of 9 semi-directive interviews with the candidates conducted by the researcher. Chapter 5 repeats the principles of methodology – in this case being content analysis to process the raw data in the corpus. In Chapter 6, the three interview series are processed through content analysis to bring to light the principal parameters that intervene into the communication between the two speakers. Chapter 7 goes into some rigid elements that are likely to be obstacles to intercultural communication. etc

Accéder en ligne

bibliorespect

Autre version

La communication interculturelle des Vietnamiens francophones en insertion professionnelle : éthiques culturelles et coopération


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Bourgogne. Service commun de la documentation. Bibliothèque de ressources électroniques en ligne.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Consulter en bibliothèque

à

Informations

  • Sous le titre : La communication interculturelle des Vietnamiens francophones en insertion professionnelle : éthiques culturelles et coopération
  • Détails : 1 vol. (487 p.)
  • Annexes : Bibliographie p. 291-308. Sitographie p. 309-310. Glossaire. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.