La sous-traitance dans l'industrie du luxe : territoires, interactions et acteurs.Une analyse empirique de quatre territoires productifs : deux dans la parfumerie en France et deux dans l'horlogerie en Suisse

par Nathalie Darène

Thèse de doctorat en Technologies cognitives, management de l'innovation et systèmes complexes

Sous la direction de Mathilde Bourrier.

Soutenue en 2011

à Compiègne .


  • Résumé

    Les travaux sur la sous-traitance sont nombreux dans la littérature. Mais l'industrie du luxe est davantage abordée du point de vue de la marque et des consommateurs. La thèse s'intéresse aux sous-traitants de l'industrie du luxe et questionne les caractéristiques de ces « fabricants du luxe ». Une étude empirique réalisée sur deux terrains dans la parfumerie en France et deux dans l'horlogerie en Suisse, permet d'aborder le sous-traitant dans son environnement. L'intégration des marques dans des grands groupes, la versatilité de la demande des clients, la mondialisation à la fois de l'offre et de la demande et la verticalisation des activités ont conduit les sous-traitants à passer de la pièce complexe isolée au module semi-fini, à élargir leur offre de service en incluant la pré-étude devenant ainsi co-concepteur et plus seulement exécutant et à améliorer la qualité des services par une rapidité et une réactivité renforcées. Dans un contexte de coopération encore peu formalisée mais inéluctable, les sous-traitants s'appuient sur leur territoire et sa gouvernance pour bénéficier d'externalités positives. Ils déploient des réseaux encore fragiles pour renforcer leurs capacités à innover et se dirigent lentement vers des communautés de pratiques sous l'impulsion des institutionnels. Légitimement, ils s'adossent sur leur capital-réputation et leur savoir-faire ancestral mais avec le risque patent d'un non renouvellement faute d'une formation attractive et d'une gestion des carrières anticipée. Le luxe est certes une industrie encore protégée par les « made-in » mais pas à l'abri d'une mutation organisationnelle au niveau international déjà entamée.

  • Titre traduit

    Sub-contracting in the luxury industry : territories, interactions and actors. An empirical study in two French perfumery territories and two Swiss swatch territories


  • Résumé

    There has been a lot of academic research about sub-contracting, but globally the luxury industry is looked at in the point of view of the brand and of the consumer. This thesis specially deals with the luxury subcontractors, and it addresses the specificities of these "luxury makers". An empirical study, which was carried out both in the perfume industry in France, and in the Swiss watch-making has enabled us to observe the subcontractor in his environment. The integration of brands into major groups, the versatility of the customers' demand, world globalization of both offer and demand, and the verticalisation of the various activities have lead subcontractors to evolve from a complex part to a semi-finished module, so as to broaden their offer as co-developers and not only as producers, and to improve the quality of service by reinforcing reactivity. In a not yet formalized but ineluctable cooperation sub-contractors are taking advantage of the territory policy and its governance to gain positive externalities. They are implementing social still fragile networks to reinforce their ability to innovate. They are slowly moving towards communities of practices thanks to institutional people. Of course they are counting, on their reputation capital and their ancestral ability, but with the obvious risk of a non renewal of population because of a lack of attractive training and a non thought out career plan. Indeed, the luxury industry is still protected industry by the “made-in” label but may suffer from an international organizational transformation already begun.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication

Fabriquer le luxe : le travail des sous-traitants


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (501 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. 442 réf.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Technologie de Compiègne. Service Commun de la Documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2011 DAR 1955

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de Sciences Humaines et Sociales.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 2011COMP1955
  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : Bibliothèque et ressources documentaires du Musée des Arts Décoratifs (Paris).
  • Disponible sous forme de reproduction pour le PEB
  • Cote : CV 2011 nov 24-2
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication

Informations

  • Sous le titre : Fabriquer le luxe : le travail des sous-traitants
  • Dans la collection : Sciences sociales
  • Détails : 1 vol. (294 p.)
  • ISBN : 978-2-35671-082-6
  • Annexes : Bibliogr. p. [277]-292
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.