Rôle de l'inhibition segmentaire dans le traitement de l'information nociceptive cutanée et méningée dans le complexe trigéminal

par Céline Melin

Thèse de doctorat en Neurosciences

Sous la direction de Alain Artola.

Le président du jury était Radhouane Dallel.

Le jury était composé de Éric Lingueglia, Daniel Voisin.

Les rapporteurs étaient Éric Lingueglia, Daniel Voisin.


  • Résumé

    Une réduction de l'inhibition segmentaire contribue vraisemblablement à l'hypersensibilité douloureuse persistante – qui se manifeste par l'hyperalgie, l'allodynie, et la douleur spontanée – au cours d'états douloureux chroniques. L'association fréquente d'une allodynie avec la migraine – une céphalée épisodique – suggère qu'une perte de l'inhibition synaptique contribue aussi à la manifestation de la douleur migraineuse. Cependant, la grande prévalence de la migraine – plus de 10% de la population générale – soulève la question de savoir si le traitement des informations méningées par le réseau neuronal – associant interneurones excitateurs et inhibiteurs – dans le complexe trigéminal, premier relais sur les voies nociceptives de la face et des méninges, est le même que celui des autres informations, par exemple cutanées. Nous avons caractérisé l'effet du blocage pharmacologique des récepteurs à la glycine (GlyR) et des récepteurs GABAA (GABAAR) sur la transmission synaptique entre fibres afférentes primaires, cutanées ou méningées, et neurones de second ordre en enregistrant des potentiels de champ dans le sous-noyau caudal superficiel (Sp5C). Une stimulation électrique transcutanée évoque trois potentiels de champ négatifs dus à l'activation, du plus précoce au plus tardif, de fibres afférentes primaires de type Aβ, Aδ et C. Bloquer les GlyRs et/ou GABAARs segmentaires facilite les potentiels de champ polysynaptiques excitateurs évoqués par l'activation des fibres afférentes primaires de type A et, au contraire, inhibe, ou même abolit, les potentiels de champ C. Bloquer les récepteurs GABAB (GABABR) segmentaires prévient cette suppression. Il est intéressant de noter que bloquer les GABABRs, potentialise aussi les potentiels de champ C en condition controle. Une stimulation électrique méningée évoque deux potentiels de champ négatifs dus à l'activation, du plus précoce au plus tardif, des fibres afférentes primaires de type Aδ et C. Au contraire du potentiel de champ C cutané, le potentiel de champ C méningé est potentialisé après blocage des GlyRs et/ou GABAARs segmentaires. Ces résultats démontrent que le traitement des informations cutanées et méningées par le Sp5C est différent. Seule l'activation des fibres afférentes primaires cutanées de type A inhibe les inputs cutanés de type C vers le Sp5C par l'intermédiaire d'un circuit polysynaptique excitateur, d'interneurones GABAergiques de dernier ordre et de GABABRs présynaptiques. La théorie du "gate control" postule que l'activité des afférences non-nociceptives ferme la porte à la transmission des inputs nociceptifs vers les centres supérieurs. Nos résultats suggèrent que l'état de la porte dépend de l'activité non seulement dans les fibres afférentes primaires de type A mais aussi dans les circuits polysynaptiques excitateurs de la corne dorsale.

  • Titre traduit

    Role of segmental inhibition in cutaneous and meningeous nociceptive information treatment in medullary dorsal horn


  • Résumé

    Pathological disruption of segmental inhibition is thought to contribute to persistent pain hypersensitivity – including hyperalgesia, allodynia and spontaneous pain – that occurs during chronic pain states. That allodynia is also often associated with migraine – an episodic headache – suggests that a loss of synaptic inhibition is also involved in the manifestation of headache pain. However, the very high prevalence of migraine – more than 10% of the general population – raises the question as to whether processing of meningeous inputs by local neuronal network – consisting of excitatory and inhibitory interneurons – within the trigeminal nucleus, the first relay station for incoming nociceptive signals of the face and meninges, is the same as that of others, for instance cutaneous. We sought to characterize how pharmacological blockade of glycine and GABAA receptors modifies synaptic transmission between either cutaneous or meningeous primary afferent fibers and second order neurons by recording field potentials in the rat superficial medullary dorsal horn (MDH). Transcutaneous electrical stimulation evokes three negative field potentials elicited by, from the earliest to the latest, Aβ-, Aδ- and C-fiber primary afferents. Blocking segmental glycine and/or GABAA receptors strongly facilitates A-fiber-activated polysynaptic excitatory field potentials but, conversely, inhibits, or even abolishes, C-fiber field potentials. Blocking segmental GABAB receptors reverses such suppression. Interestingly, it also potentiates C-fiber field potentials under control conditions. Meningeous electrical stimulation evokes two negative field potentials elicited by, from the earliest to the latest, Aδ- and C-fiber primary afferents. Unlike cutaneous C-fiber field potentials, meningeous ones are facilitated by blocking segmental glycine and/or GABAA receptors. These results demonstrate that MDH processing of cutaneous and meningeous inputs are different. Only activation of cutaneous A-fiber primary afferents inhibits cutaneous C-fiber inputs to the MDH by the way of polysynaptic excitatory pathways, last-order GABAergic interneurons and presynaptic GABAB receptors. In view of the gate control theory postulating that afferent volleys in non-nociceptive afferents close the gate to central transmission of nociceptive inputs, our results suggest that the state of the gate depends on firing activities of both A-fiber primary afferents and polysynaptic excitatory circuits, i.e. the inhibitory tone, within the dorsal horn.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Clermont Université (Clermont-Ferrand).
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.