Nouveaux rapports socio-spatiaux & marges métropolitaines : quel espace pour les couches intermédiaires en Gironde ?

par Karen Foussette

Thèse de doctorat en Géographie

Sous la direction de Guy Di Méo.

Soutenue en 2011

à Bordeaux 3 .


  • Résumé

    Les marges métropolitaines bordelaises connaissent les mêmes transformations, générées par les processus de métropolisation et de périurbanisation que l’espace urbanisé français depuis les années 1970. Dans le cas de Bordeaux, le premier processus vient alimenter le second. Cependant, les petites villes et gros bourgs de ces espaces ruraux ne sont pas pour autant dévitalisés ou changés en cités-dortoirs. Ils demeurent un élément fondamental des pratiques spatiales de leurs habitants. Ils restent un référent important pour les classes moyennes observées. Leur rôle s’est complexifié. Leurs représentations, sociales surtout, sont assimilées à une forme de ruralité, tandis que leurs pratiques en font les éléments urbains de base des spatialités. L’éclatement des territorialités des individus des couches intermédiaires est concomitant d’une nouvelle forme de perception spatiale. L’espace n’est plus considéré selon la dialogique traditionnelle ville-campagne. Bien que ces deux notions en soient des hauts-lieux. L’espace n’est plus perçu comme un continuum. L’enchaînement dans le vécu et les trajectoires de vie des résidences urbaines et rurales est corrélé aux représentations de la ville, de la campagne, de l’individu, de la famille, de la mobilité, de l’immobilité et du cycle de vie. L’espace est désormais, pour ces personnes, de forme archipellaire structurée par des réseaux en rhizomes. Il intègre le rapport à la mobilité. Il est également associé à la perception du temps avec les espaces-temps du quotidien de l’individu qui séquencent les espaces et les temps de l’individu et de la famille. L’espace de vie des classes moyennes est articulé par des lieux synaptiques, des trajets, la forme archipellaire, un rapport social et temporel différent selon les lieux et les espaces interconnectés. Le point central, le nœud principal de ces territorialités est l’univers pavillonnaire, il est recentré sur la famille, valeur primordiale pour ces individus.

  • Titre traduit

    New socio-spatial relationship and the metropolitan fringes : what space the middle class in Gironde ?


  • Résumé

    Since the seventies, Bordeaux’s urbain fringes experience the same tranformations as the French urbanized space, generated by the processes of metropolisation and urban sprawl. In Bordeaux’s case study, the first process feeds the second. However, small towns and major boroughs of theses rural spaces are not necessarily devitalized or changed into dormitory-town. They stay a fundamental element of their spatial practices. They remain an important referent for the observed middle-classes. Their role has been made more complex. Their representations, mostly social, are assimilated to a form of rurality, while their practices become the basic urban elements of spatialities. The territorialities outburst of the middle class’s individuals is concomitant to a new form of spatial perception. Space is not considered anymore in terms of the traditional dialogical city-campaign. Although both notions are landmarks, space is not perceived anymore as a continuum. The sequencing in life and life trajectories of urban and rural residences are correlated to the representations of the city, countryside, individual, family, mobility, stillness and life cycle. From now on, space takes the shape of an archipelago structured by rhizomes networks for these persons. It includes the link with mobility. The space is also associated with time perception and with individual’s daily spaces-times, which cut into sequences spaces and times of the individual and the family. The middle-classes’living space is articulated by synaptic places, transtis, the shape of an archipelago, a different social and temporal relationship according to interconnected places and spaces. The key element, the principal knot of these territorialities, is the (suburban) private housing universe, which is reoriented on the family, which is the primordial value for theses individuals.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (535 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 453-468

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Centre interdisciplinaire d'études urbaines. Centre de documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : THE 11-3
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.