Temporalités, espaces et paroles de l'exil et de l'infortune : les stratégies narratives de l'amour du XIIe au XVIe siècle

par Sandrine Combalbert

Thèse de doctorat en Littératures française, francophones et comparée

Sous la direction de Danielle Régnier-Bohler.

Soutenue en 2011

à Bordeaux 3 .


  • Résumé

    Du Pyrame et Thisbé à la pièce de Shakespeare, Roméo et Juliette, les récits d’amours contrariées et menacées traversent les siècles, témoignant de la pérennité d’un motif qui semble avoir amplement nourri le goût et l’imaginaire des publics de lecteurs et d’auditeurs. Le malheur et l’exil, la séparation et l’infortune, menant à une victoire finale de l’amour, sont des moteurs dynamiques au profit d’un déroulement narratif. Le corpus des textes retenus pour la thèse, dont le titre précise qu’il s’agit des « temporalités, espaces et paroles de l’exil et de l’infortune », illustre les genres narratifs très divers, de la forme brève à l’expansion romanesque. Le motif apparaît tenace et pérenne, toujours renouvelé et toujours maintenu. Si le récit tiré d’Ovide va vers la mort, les romans dits « idylliques » se concluent par une fin heureuse, par l’union définitive des jeunes amants, non sans de longs temps d’exil et de séparation. La méthode comparatiste privilégiée de toute évidence permet d’observer le traitement du « motif », offrant également matière à discussion autour du concept même de « motif », bien connu des ethnologues dans la tradition orale. L’écrit médiéval contribue à son tour à une fructueuse observation, qui permet d’approcher le travail de l’imaginaire. Imaginaire qui intègre puissamment, en miroir, les issues les plus tragiques, proches du mythe, celui de Tristan et Iseut, ainsi que la figure frappante d’un « Coeur mangé », et cette tradition narrative, aux variations signifiantes, mène au seuil de la Renaissance auprès des amants de Vérone, elle persiste et surgit dans les créations contemporaines, récits, productions cinématographiques et musicales.

  • Titre traduit

    Temporalities, spaces and works of exile and misfortune : the narrative strategies of love from the twelth to the sixteenth century


  • Résumé

    From Pyramus and Thisbe to Shakespeare’s Romeo and Juliet, stories of forbidden or endangered love span the centuries, bearing witness to the persistence of a motif that seems to have widely appealed to the taste and the imagination (or imaginaire) of audiences composed of readers and listeners alike. Sorrow and exile, separation and misfortune, leading to an ultimate victory of love, are dynamic movements that favor the unfolding of narrative. The corpus of texts chosen for the thesis, the title of which suggests that it is a matter of “temporalities, spaces and words of exile and misfortune,” displays a wide diversity of narrative genres, from short fiction to novelistic expansion. This motif seems tenacious and omnipresent, continually renewed and maintained. If the story derived from Ovid leads toward death, the so-called “idyllic” romances have a happy ending, consisting in the definitive union of the young lovers, not however lacking long periods of exile and separation. The comparatist method, given pride of place, obviously allows one to observe the way the motif is dealt with, while offering as well material lending itself to an interrogation of the very concept of “motif,” quite familiar to ethnologists working in oral traditions. The medieval text contributes in turn to a fruitful set of observations, which allow one to approach the work of the imaginary. An imaginary that, as in a mirror, powerfully integrates issues of the most tragic type, close to myth, that of Tristan and Iseut, for instance, as well as the striking image of the “eaten heart”; this narrative tradition, with significant variations, leads to the threshold of the Renaissance in the form of the lovers of Verona, while persisting and rising up in contemporary creations—fiction, as well as cinematic and musical productions.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (436 f.)
  • Annexes : Bibliogr. : f. 416-427.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.