Etude de l'alimentation dans le domaine égéen au Néolithique et à l'Age du bronze à partir de l' analyse chimique de résidus organiques conservés dans les poteries

par Oreste Decavallas

Thèse de doctorat en Sciences archéologiques

Sous la direction de Françoise Bechtel.

Soutenue en 2011

à Bordeaux 3 .


  • Résumé

    L’analyse chimique de la matière organique amorphe conservée dans les poteries archéologiques peut nous renseigner sur l’alimentation des populations du passé, tout en éclairant la place de la céramique dans l’utilisation des ressources naturelles. Le potentiel de ce type d’études étant encore peu exploité dans le domaine de la préhistoire et de la protohistoire égéenne, un projet à grande échelle a été entrepris, visant à obtenir des informations sur l’alimentation dans un large champ géographique et chronologique. Prélevés dans le matériel céramique de 38 sites répartis dans le monde égéen, de ses marges septentrionales jusqu’en Crète, et couvrant les périodes allant du Néolithique Ancien au Bronze Récent, 858 objets ont été étudiés en chromatographie en phase gazeuse, couplée, le cas échéant, à la spectrométrie de masse. Ces analyses ont permis d’identifier un éventail de matériaux organiques d’origine animale (graisses – dont en particulier celles provenant de produits laitiers – et cire d’abeille) et végétale (huiles, résine de conifères, brai de bouleau), en relation avec des poteries de formes et styles divers. En apportant des informations sur l’exploitation de ressources naturelles variées dans les différentes régions du monde égéen et à travers les périodes pré- et protohistoriques successives, ces résultats complètent les connaissances acquises par les méthodes « traditionnelles » d’étude macro- et microscopique du matériel archéologique. Ils livrent, également, des éléments inédits et concrets quant à l’utilisation des divers types de poteries.

  • Titre traduit

    A study of diet in the Neolithic and Bronze age Agean through chemical analysis of organic residues from pottery


  • Résumé

    Chemical analysis of the amorphous organic matter preserved in archaeological pottery can inform us about subsistence in societies of the past, while it also sheds light on the role of ceramics in relation to the use of natural resources. As the potential of this type of methodologies was still little exploited in the field of aegean prehistory and protohistory, a large scale project was undertaken, aiming to obtain information on diet on a wide geographical and chronological span. Sampled among the ceramic material from 38 sites distributed all over the aegean world, from its northern fringes to Crete, and covering the periods from Early Neolithic to Late Bronze Age, 858 objects were studied by gas chromatography, coupled, when necessary, to mass spectrometry. These analyses allowed us to identify a range of organic materials of various animal and plant origins (animal fats, in some cases deriving from dairy products, beeswax, plant oils, coniferous resin, birch bark tar), in relation to ceramics of different forms and styles. By providing information concerning the exploitation of various natural resources in the different regions of the aegean world through the successive pre- and protohistoric periods, these results complete the knowledge acquired via the “traditional” methods of macro- and microscopic study of archaeological material. They also deliver new and concrete elements regarding the use of various types of pottery.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (359 p.)
  • Annexes : Bibliogr. : p. 238-270

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.