Contribution de la connaissance du nom des lettres à l’apprentissage du son des lettres : Etudes chez les prélecteurs francophones

par Blandine Bouchière

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Jean-Noël Foulin.

Le président du jury était Michel Fayol.

Le jury était composé de Virginie Postal Le Dorse.

Les rapporteurs étaient Edouard Gentaz, Sebastien Pacton.


  • Résumé

    Cette thèse présente un ensemble d’études examinant l’influence de la connaissance du nom des lettres sur l’apprentissage et la connaissance du son des lettres. Deux études sont consacrées à la place de la connaissance de la forme des lettres dans la relation entre nom et son des lettres. Les études ont été menées auprès de prélecteurs francophones âgés de 3 à 6 ans et scolarisés en école maternelle. L’objectif de la première étude (Etude 1) était de décrire la connaissance du nom des lettres avec l’âge et d’identifier des facteurs d’apprentissage. Les résultats ont révélé une influence de la fréquence, du prénom, de l’ordre alphabétique, du type et de la structure du nom des lettres. Le nom des lettres de type èC ou VC (e.g., F, L…) ou non acrophonique était mieux connu que le nom des lettres de type Cé .ou CV (e.g., B, D…) ou de type MR (C, G…). L’étude 2 examine l’influence de la structure du nom des lettres sur la connaissance du nom et du son des lettres. Les résultats ont montré la même influence de la structure du nom des lettres sur la connaissance du nom que dans l’étude 1. L’influence de la structure du nom des lettres sur la connaissance du son des lettres est différente : le son des lettres de type Cé ou CV ou acrophoniques était mieux connu que le son des lettres èC ou VC et MR. Ces résultats suggèrent que le meilleur apprentissage du son des lettres de type Cé n’est pas dû à une familiarité générale. Le chapitre 3 de la thèse présente une étude qui examine l’effet de facilitation nom-son. Le son des lettres a été enseigné systématiquement à des enfants qui se distinguaient par leur connaissance du nom des lettres. Les enfants connaisseurs du nom des lettres apprenaient plus facilement le son des lettres que les enfants non connaisseurs du nom. Un effet de la structure du nom des lettres chez les enfants connaisseur du nom montrait que le son des lettres dont le nom contient le son de la lettre (CV et VC) était mieux appris que le son des lettres dont le nom ne contient pas le son de la lettre (MR). La connaissance du nom des lettres et la conscience phonologique contribuaient à une part de variance spécifique de l’apprentissage du son des lettres, avec une contribution supérieure de la connaissance du nom des lettres. Les études du chapitre 4 examinent le développement de la sensibilité au son des lettres à partir de la connaissance du nom des lettres dans des tâches d’identification de syllabes (Etude 4), de lettres (Etude 5) et de phonèmes (Etude 6). Les enfants identifiaient au-delà du hasard les syllabes, lettres et phonèmes. Un effet de la structure du nom des lettres est apparu : les lettres dont le son est relié au nom (CV et VC) étaient mieux identifiées que les lettres dont le son n’est pas ou pas clairement relié au nom (MR). Le chapitre 5 (Etude 7) explore les liens entre connaissance du nom des lettres et connaissance de la forme des lettres à partir de tâches de catégorisation de lettres, de discrimination de la forme des lettres et de reconnaissance immédiate des lettres. Les enfants connaisseurs du nom des lettres étaient également de meilleurs connaisseurs de la forme des lettres. Ils catégorisaient, discriminaient et reconnaissaient mieux et plus vite les formes de lettre que les enfants non connaisseurs du nom. Enfin, le dernier chapitre présente une étude expérimentale (Etude 8) qui examine l’influence de la connaissance préalable de la forme des lettres sur l’apprentissage du nom et du son des lettres. L’étude n’a pas révélé d’influence de la connaissance préalable de la forme des lettres sur l’apprentissage des associations forme-nom et forme-son. L’ensemble des études apporte des informations originales sur l’effet de facilitation nom-son et sur l’influence de la connaissance de la forme des lettres au sein de cette relation.

  • Titre traduit

    Letter-name knowledge contribution to letter-sound learning : Study with French prereaders


  • Résumé

    This thesis introduces studies which examined the influence of letter-name knowledge to letter-sound knowledge and learning. Two studies were designed to examine the role of letter-shape knowledge in the relation between letter-name and letter-sound. These studies were conducted with French prereaders aged from 3 to 6 years old. The aim of the first study (Study 1) was to describe letter-name knowledge and to identify learning factors. Results revealed an influence of letter frequency, of first name, of alphabetical order and of letter-name structure. Letter names of èC or VC (e.g., F, L…) which correspond to non-acrophonic letter-name structure, were better known than letter-name of Cé or CV (e.g., B, D) or MR (C, G…). Study 2 examined the influence of letter-name structure to letter-name and letter-sound knowledge. Results showed the same influence of letter-name structure on letter-name knowledge as in Study 1. The influence of letter-name structure was different on letter-sound knowledge: The sounds of Cé or CV, or acrophonic letter-name structure, were better known than the sounds of èC or VC and MR letter-name structure. These results suggest that the learning of Cé sounds is not due to general familiarity. Chapter 3 introduces a study that examined the name-to-sound facilitation effect. Children differing in their letter-name knowledge were systematically taught letter-sound. Children with letter-name knowledge learned more easily letter sounds than did children with no letter-name knowledge. A letter-name structure effect was found for children with letter-name knowledge , indicating that the sound of CV and VC letter-name structure was better learned than the sound of MR letter-name structure. Letter-name knowledge and phonological awareness contributed to a specific part of variance in letter-sound learning, with a higher contribution of letter-name knowledge. The studies of chapter 4 examined the development of letter-sound sensitivity from letter-name knowledge using syllable identification (Study 4), letter identification (Study 5) and phoneme identification tasks (Study 6). Syllables, letters and phonemes were identified beyond chance level by children. A letter-name structure effect appeared: CV and VC letters were better identified than MR letters. Chapter 5 (Study 7) explored the links between letter-name knowledge and letter-shape knowledge using letter categorization tasks, letter-shape discrimination tasks and letter immediate recognition tasks. Children with letter-name knowledge had the best letter-shape knowledge. They categorized, discriminated and recognized shapes more exactly and more rapidly than did children with no letter-name knowledge. Finally, the last chapter introduced an experimental study (Study 8) designed to examine the influence of prior letter-shape knowledge on both letter-name and letter-sound learning. This study revealed no influence of prior letter-shape knowledge on either letter-name learning or letter-sound learning. As a whole, these studies provide new information concerning the name-to-sound facilitation effect and the influence of letter-shape knowledge in this relation.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bordeaux. Direction de la Documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.