Etude de l’organisation et du fonctionnement des institutions sportives au Gabon : genèse et analyse prospective d'une politique publique

par Célestin Allogho-Nze

Thèse de doctorat en Sciences et techniques des activités physiques et sportives

Sous la direction de Marina Honta et de Jean-Paul Callède.

Le président du jury était Gilles Ferreol.

Le jury était composé de André Menaut.

Les rapporteurs étaient Dominique Charrier, Pierre Chazaud.


  • Résumé

    Les activités physiques, et les jeux traditionnels font partis de la culture universelle, et appartiennent à l’humanité. Les peuples d’Afrique ont dû abandonner les leurs avec l’arrivée des sports modernes pendant la période de colonisation. Les activités physiques et jeux traditionnels du Gabon avaient dans la plus part des cas un but utilitaire allant de la préparation physique des jeunes au service de la communauté, aux activités de loisirs pour tous comme des danses lors des évènements commémoratifs ou des cérémonies rituelles et initiatiques. Ces activités ont disparu car la politique coloniale consistait à dévaloriser les pratiques autochtones, en valorisant la culture occidentale dont les sports.Nous avons présenté certains jeux traditionnels du Gabon sur la base d’une étude que nous avons commencée depuis quelques années, car nous avons peut-être à travers eux une des propositions que nous ferions, pour redynamiser et diversifier les Activités Physiques et Sportives en milieu scolaire au Gabon. En effet, contrairement aux sports occidentaux, les jeux traditionnels du Gabon ont une exigence matérielle très simple. De plus, les matériaux et les instruments nécessaires à leur pratique se trouvent dans la proximité de leur lieu de pratique. Et nous avons démontré que si les APS disparaissent des emplois du temps dans les programmes scolaires au Gabon, c’est entre autres raisons à cause du coût élevé du matériel didactique de sport, car les sports constituent aujourd’hui l’essentiel des contenus des programmes d’APS. Nous avons aussi présenté les jeux traditionnels du Gabon pour attirer l’attention des autorités gabonaises devant le risque de disparition de cette catégorie du patrimoine culturel national. Nous l’avons fait parce que nous pensons que dans un contexte de mondialisation où chaque entité valorise son identité culturelle et cherche à pérenniser ses traditions, le Gabon pourrait, grâce à ses activités physiques traditionnelles avoir sa propre identité, peut-être s’en référer pour entrevoir une partie de son histoire.Après avoir signalé l’existence des jeux traditionnels du Gabon, il nous a paru opportun d’évoquer le sport qui les a remplacés, sa signification, son expansion et son organisation internationale. Mais que faut-il entendre par le terme sport, au regard des nombreuses définitions qui sont proposées par différents auteurs ? Nous pouvons classer ses définitions selon des spécialités. Ce qui dénote de la complexité à situer le phénomène, tant les pratiques sportives et leurs corollaires se retrouvent dans la quasi totalité de la vie sociale de nos jours.Le Gabon comme beaucoup de pays africains anciennes colonies de la France va hériter des pratiques et des structures sportives du colonisateur. Cependant, le Gabon manque de cadres et de techniciens du sport, les équipements et infrastructures sont précaires et insuffisants. Il convient de mettre en place des politiques sportives réalistes et se projeter sur le long terme. Au contraire les autorités gabonaises vont semble-t-il faire le choix du sport de haut-niveau au détriment du sport scolaire et du sport de masse qui sont de notre point du vue de véritables bases de politiques sportives pouvant garantir des résultats constants et durables.Pour réaliser cette étude donc la problématique pose la question du fonctionnement et du rendement des institutions sportives mises en place par l’Etat pour apporter du prestige et le rayonnement du Gabon au niveau international. Il a fallu faire objectivement le constat d’une insuffisance de résultats d’une manière générale du sport gabonais. Pour cela des études au niveau des trois groupes d’institutions reconnus comme étant dépositaires du destin du sport et des politiques publiques, ont été réalisées. Elles nous ont entrainées dans l’administration centrale de l’Etat, et nous y avons étudié l’organisation et le fonctionnement du Ministère des Sports, de ces services extérieurs et organes sous tutelles. Nous avons par la suite étudié le deuxième acteur public de la gestion du sport au Gabon, qui sont les collectivités territoriales, et nous avons observé que leur rôle dans le contexte de l’inapplication de la loi sur la décentralisation reste tout à fait symbolique. Le troisième acteur ou groupe d’acteurs que nous avons étudié dans cette recherche est le mouvement olympique gabonais, dont l’organisation est recommandée par les institutions sportives internationales. Et nous avons rappelé cette hiérarchisation du sport mondial. Le Gabon qui accède à l’indépendance le 17 Août 1960 et expérimente la démocratie multipartite depuis 1990 est un pays potentiellement riche et politiquement stable, ces deux atouts auraient pu favoriser le développement du sport. Au contraire, certaines fédérations sportives n’existent que de nom, le sport scolaire et l’EPS tendent à disparaître des emplois du temps. Les équipements sportifs sont insuffisants. La formation et la recherche sont en friche. En compétitions officielles les performances des équipes gabonaises laissent à désirer.Certains spécialistes de sciences politiques affirment que si la société doit être transformée, cela ne peut commencer que par les institutions, instances de médiations entre les élites politiques et les citoyens. Si l’hypothèse est recevable, quel rôle peuvent tenir les institutions sportives dans cette perspective au Gabon ? Les institutions de sport au Gabon ne semblent pas avoir atteint leurs objectifs au vu des nombreux conflits internes, des irrégularités continuelles dans leur fonctionnement, et des insuffisances observées dans les performances sportives actuelles en compétitions officielles. Ces institutions sportives vivent-elles l’expérience démocratique engagée dans le but de restaurer l’autorité de l’Etat, libérer les énergies créatrices, protéger les droits des populations, et favoriser le développement global (l’émergence) du Gabon? Au regard des perspectives politiques récentes, un changement pourrait s’amorcer.

  • Titre traduit

    Study of sport institutions organization and functionning in Gabon : genesis and prospective analysis of a public policy


  • Résumé

    Physical activities and games are part of universal culture, and mostly of humanity. African populations had to give up theirs with the creation of modern sports during the settlement era. Physical activities and traditional games in Gabon had mostly a practical aim, going from physical training for teenagers to community service, to leisure activities for all, just like dances during memorial events or initiatory and ritual ceremonies. These activities have disappeared because the colonial policy was to depreciate native practices, by promoting western culture that included sports.We have presented some traditional games in Gabon on the basis of a study we started a few years ago, because we may have found though this study a suggestion we would make, to revitalize and diversify Sport and Physical Activities (SPA) in the school area in Gabon. Indeed, contrary to western sports, traditional games in Gabon have a fewer equipment needs. Moreover, equipment and instruments needed for their practice are located around the area of practice. And we have demonstrated that if SPA disappear from schedules in Gabonese schools, this is mainly due to a high cost for sport didactic equipment as today, sport is the main part of the SPA schedules.We have also presented Gabon traditional games to draw Gabonese Authorities attention to the risk that this category of national cultural patrimony may disappear. We did it as we think that in a globalization context in which each entity promotes its cultural identity and aims at making durable its traditions, Gabon could have its own identity thanks to its traditional physical activities. And it could also use it as a reference for a part of its history.After we informed the existence of traditional games in Gabon, we found it appropriate to mention the sport that replaced them, its meaning, its expansion and its international organization.But what is sport exactly, if we refer to many definitions suggested by different authors? We can order these definitions through specialties. This shows how complicated it is to evaluate this phenomenon. Besides, nowadays we can find sport practices and their corollaries nearly everywhere in social life.Gabon, such as many African countries being former colonies from France, is going to inherit practices and sport structures from its colonizer. However, Gabon is short of sport executives and technicians, equipment and facilities are precarious and insufficient. Realistic sport policies have to be set up, and a long-term projection has to be considered. On the contrary, Gabonese authorities may choose high-level sport to the detriment of school and leisure sport, which are, according to us, real basis of sport policies to guarantee continuous and lasting results.The main issue of this study is about the functioning and productivity of sport institutions introduced by the State to bring prestige and Gabon influence at an international level. To realize this study, we had to notice insufficient results, generally speaking, in Gabonese sport. So, studies were made around the three groups of institutions dealing with public policies and sport destiny.They led us to the State central administration, and we studied the organization and functioning of the Sport Department, its external services and trust organs. Then we studied the second public actor in the sport management in Gabon, which are territory collectivities, and we noticed that their role remains really symbolic, in their failure to enforce the law on decentralization. The third actor or group of actors we studied in this research is the Gabonese Olympic movement, which organization is recommended by the international sport institutions. And we reminded this global sport hierarchy.Gabon that became independent on the 17th of August 1960, and that tries out multipartite democracy since 1990, is a politically stable and wealth country. These two assets could have helped to develop sport. On the contrary, some sport federations only exist thanks to their name; school sport and the SPE are to disappear from schedules. Sport equipment is insufficient. Training and research are wasted. During official events, Gabonese teams performances are quite below-average.Some political scientists claim that if society has to be transformed, it has to start with the institutions, authorities for negotiation between politic elites and citizens. If the possibility is acceptable, what is the role of sport institutions in this perspective in Gabon? Sport institutions in Gabon do not seem to have reached their targets if we look at the numerous internal frictions, constant irregularities in their functioning, and insufficiencies in their current sport performances in official events. These sport institutions live the democratic experience in order to reestablish State authority, to release creative energies, to protect populations’ rights, and to promote Gabon global development?With regard to the recent political views, a change could get under way.

Accéder en ligne

bibliorespect


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Bordeaux. Direction de la Documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.