La publication des transactions entre parties liées et les mécanismes de gouvernance des entreprises thaïlandaises = Disclosure of related party transactions and thai corporate governance

par Adisak Chotitumtara

Thèse de doctorat en Sciences de gestion

Sous la direction de Benoît Pigé.

Le président du jury était Laurent Cappelletti.

Le jury était composé de Benoît Pigé, Henry Zimnovitch, Zaka Ratsimalahelo.

Les rapporteurs étaient Laurent Cappelletti, Henry Zimnovitch.


  • Résumé

    Les transactions entre parties liées sont apparues sur le devant de la scène à la suite des nombreux scandales comptables : Enron, Adelphia et Tyco aux États-Unis, Parmalat en Italie, HIH en Australie. En Asie, il y a eu de nombreux exemples de pillage d'entreprises par les dirigeants ou les actionnaires à travers l'utilisation des transactions entre parties liées pendant la crise des marchés de 1997-1998. Dans les marchés émergents et développés, les transactions entre parties liées sont utilisées comme un outil de transfert des actifs et des résultats des entreprises au bénéfice de ceux qui les contrôlent.Le Congrès américain dans la Loi Sarbanes-Oxley de 2002 a cherché à contrôler ces transactions entre parties liées. Mais, dans de nombreux pays, les transactions entre parties liées sont une pratique courante permettant des transferts de résultats et d'actifs entre entreprises. La théorie de l'agence considère généralement que les transactions entre parties liées sont faites au détriment des actionnaires. La littérature académique a tenté de mesurer l'expropriation indirecte liée aux transactions entre parties liées (voir par exemple, Bertrand, Metha, & Mullainathan, 2002; La Porta et al, 2000a, 2002; Faccio, Lang, & Young, 2001).La réglementation thaïlandaise impose, depuis la crise financière asiatique de 1997, des exigences de publication sur le montant et la nature des transactions entre parties liées. Cette thèse aborde les questions du lien entre les mécanismes de gouvernance et le recours aux transactions entre parties liées.Les résultats économétriques indiquent que : la détention de capital par les dirigeants ou par les administrateurs et la renommée du cabinet d'audit ont un impact négatif sur le volume des transactions entre parties liées. Par ailleurs, la séparation des fonctions de direction et de présidence du conseil d'administration a un impact positif sur le volume des transactions entre parties liées. De même, le pourcentage d'administrateurs indépendants et le recours à l'endettement financier ont un impact positif sur le volume des transactions entre parties liées.La thèse explore également la relation entre la performance financière et le recours aux transactions entre parties liées. Nos résultats montrent que la performance financière est indépendante du recours aux transactions entre parties liées. Ces résultats montrent que, du strict point de vue des actionnaires, le recours aux transactions entre parties liées n'est ni favorable ni défavorable. Par conséquent, l'intérêt des transactions entre parties liées ne peut pas s'apprécier dans une optique uniquement actionnariale. C'est pourquoi nous proposons de recourir au cadre théorique des parties prenantes pour pouvoir appréhender l'intérêt des transactions entre parties liées. Ce sera l'objet des travaux postérieurs à la thèse.Notre thèse permet de mieux comprendre la façon dont les transactions entre parties liées sont affectées par les mécanismes de gouvernance d'entreprise dans les sociétés cotées de Thaïlande. Nous contribuons à la littérature académique existante et tentons de démontrer en quoi les caractéristiques, les structures et la qualité des mécanismes de gouvernance d'entreprise sont importantes.

  • Titre traduit

    Disclosure of related party transactions and thai corporate governance


  • Résumé

    Related party transactions have recently become many accounting scandals worldwide, from Enron, Adelphia, and Tyco in U.S., Parmalat in Italy, HIH in Australia. In Asia, there have been many examples of looting of firms by managers or controlling shareholders using related party transactions during markets crisis of 1997-1998. In both emerging and developed markets, related party transactions are used as a tool to transfer assets and profits out of the firms for the benefit of those who control them.The U.S. Congress in the Sarbanes-Oxley Act of 2002 attempted to control these related party transactions. But in many countries, transactions between related parties are a common practice to transfer benefits and assets between companies. The agency theory generally considers that related party transactions are detrimental to the interests of shareholders. The academic literature has attempted to measure expropriation using indirect proxies for the propensity of firms to expropriate (see for example, Bertrand, Metha, & Mullainathan, 2002; La Porta et al., 2000a, 2002; Faccio, Lang, & Young, 2001).Thailand requires, since the Asian financial crisis of 1997, the publication on the amount and nature of related party transactions. This study addresses the question of the relationship between governance mechanisms and the applying of related party transactions.The econometric results indicate that the managerial ownership and the audit company have a negative impact on the amount of related party transactions. Moreover, the CEO duality has a positive impact on the amount of related party transactions. Similarly, the independent board and the leverage ratio have a positive impact on the amount of related party transactions.This study also explores the relationship between financial performance and the applying of related party transactions. Our results show that financial performance is independent of the applying of related party transactions. These results show that, as the shareholder approach, the applying of related party transactions is neither favorable nor unfavorable. Therefore, the benefits of related party transactions cannot be appreciated with a view only shareholder. We, therefore, propose to use the theoretical framework of stakeholders in order to capture the benefits of related party transactions. This will be the objective of future research.Our theory provides a better understanding of how related party transactions are affected by the mechanisms of corporate governance in Thai listed companies. We contribute to the existing academic literature and attempt to demonstrate how the characteristics, structure and quality of corporate governance mechanisms are essential.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire électronique, Besançon.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.