Modèles de langage ad hoc pour la reconnaissance automatique de la parole

par Stanislas Oger

Thèse de doctorat en Informatique

Sous la direction de Georges Linarès.

Soutenue le 30-11-2011

à Avignon , dans le cadre de École doctorale 536 « Sciences et agrosciences » (Avignon) .

Le président du jury était Yannick Estève.

Le jury était composé de Alexandre Allauzen, Pascal Nocera.

Les rapporteurs étaient Kamel Smaïli, Laurent Besacier.


  • Résumé

    Les trois piliers d’un système de reconnaissance automatique de la parole sont le lexique,le modèle de langage et le modèle acoustique. Le lexique fournit l’ensemble des mots qu’il est possible de transcrire, associés à leur prononciation. Le modèle acoustique donne une indication sur la manière dont sont réalisés les unités acoustiques et le modèle de langage apporte la connaissance de la manière dont les mots s’enchaînent.Dans les systèmes de reconnaissance automatique de la parole markoviens, les modèles acoustiques et linguistiques sont de nature statistique. Leur estimation nécessite de gros volumes de données sélectionnées, normalisées et annotées.A l’heure actuelle, les données disponibles sur le Web constituent de loin le plus gros corpus textuel disponible pour les langues française et anglaise. Ces données peuvent potentiellement servir à la construction du lexique et à l’estimation et l’adaptation du modèle de langage. Le travail présenté ici consiste à proposer de nouvelles approches permettant de tirer parti de cette ressource.Ce document est organisé en deux parties. La première traite de l’utilisation des données présentes sur le Web pour mettre à jour dynamiquement le lexique du moteur de reconnaissance automatique de la parole. L’approche proposée consiste à augmenter dynamiquement et localement le lexique du moteur de reconnaissance automatique de la parole lorsque des mots inconnus apparaissent dans le flux de parole. Les nouveaux mots sont extraits du Web grâce à la formulation automatique de requêtes soumises à un moteur de recherche. La phonétisation de ces mots est obtenue grâce à un phonétiseur automatique.La seconde partie présente une nouvelle manière de considérer l’information que représente le Web et des éléments de la théorie des possibilités sont utilisés pour la modéliser. Un modèle de langage possibiliste est alors proposé. Il fournit une estimation de la possibilité d’une séquence de mots à partir de connaissances relatives à ’existence de séquences de mots sur le Web. Un modèle probabiliste Web reposant sur le compte de documents fourni par un moteur de recherche Web est également présenté. Plusieurs approches permettant de combiner ces modèles avec des modèles probabilistes classiques estimés sur corpus sont proposées. Les résultats montrent que combiner les modèles probabilistes et possibilistes donne de meilleurs résultats que es modèles probabilistes classiques. De plus, les modèles estimés à partir des données Web donnent de meilleurs résultats que ceux estimés sur corpus.

  • Titre traduit

    Ad-hoc language models for automatic speech recognition


  • Résumé

    The three pillars of an automatic speech recognition system are the lexicon, the languagemodel and the acoustic model. The lexicon provides all the words that can betranscribed, associated with their pronunciation. The acoustic model provides an indicationof how the phone units are pronounced, and the language model brings theknowledge of how words are linked. In modern automatic speech recognition systems,the acoustic and language models are statistical. Their estimation requires large volumesof data selected, standardized and annotated.At present, the Web is by far the largest textual corpus available for English andFrench languages. The data it holds can potentially be used to build the vocabularyand the estimation and adaptation of language model. The work presented here is topropose new approaches to take advantage of this resource in the context of languagemodeling.The document is organized into two parts. The first deals with the use of the Webdata to dynamically update the lexicon of the automatic speech recognition system.The proposed approach consists on increasing dynamically and locally the lexicon onlywhen unknown words appear in the speech. New words are extracted from the Webthrough the formulation of queries submitted toWeb search engines. The phonetizationof the words is obtained by an automatic grapheme-to-phoneme transcriber.The second part of the document presents a new way of handling the informationcontained on the Web by relying on possibility theory concepts. A Web-based possibilisticlanguage model is proposed. It provides an estition of the possibility of a wordsequence from knowledge of the existence of its sub-sequences on the Web. A probabilisticWeb-based language model is also proposed. It relies on Web document countsto estimate n-gram probabilities. Several approaches for combining these models withclassical models are proposed. The results show that combining probabilistic and possibilisticmodels gives better results than classical probabilistic models alone. In addition,the models estimated from Web data perform better than those estimated on corpus.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?