Apprentissage implicite des structures linguistiques et musicales : approche multi-méthodologique

par Clément François

Thèse de doctorat en Neurosciences

Sous la direction de Daniele Schön.

Le président du jury était Mireille Besson.

Le jury était composé de Daniele Schön, Antoni Rodriguez-Fornells, Barbara Tillmann, Michel Hoen.

Les rapporteurs étaient Antoni Rodriguez-Fornells, Barbara Tillmann.


  • Résumé

    Les objectifs de cette thèse sont multiples. Le premier objectif est de comparer, aux niveaux comportemental et électrophysiologique, l'apprentissage implicite de structures linguistiques et musicales après l'écoute d'un langage artificiel chanté. Alors qu'au niveau comportemental, seule la structure linguistique semble être apprise, les résultats électrophysiologiques révèlent un effet N400 pour les deux dimensions, linguistique et musicale. Le deuxième objectif de cette thèse est d'évaluer comment cet apprentissage est influencé par l'expertise musicale. Nous avons comparé un groupe d'adultes musiciens à un groupe de non musiciens. Alors qu'au niveau comportemental les musiciens sont à peine meilleurs que les non musiciens dans les deux dimensions, les données électrophysiologiques révèlent, via des différences précoces (N1/P2) et tardives (N400), une meilleure segmentation chez les musiciens. De plus, les analyses en potentiels évoqués et en temps-fréquences des données électrophysiologiques enregistrées pendant les phases d'apprentissage révèlent que les musiciens apprennent plus rapidement que les non musiciens. Cependant, un lien de causalité quant aux effets de l'apprentissage de la musique ne peut être mis en évidence qu'en réalisant une étude longitudinale. Nous avons mené une telle étude chez des enfants de 8 ans à qui l'on a fait suivre un apprentissage de la musique ou de la peinture pendant 2 années. Les résultats comportementaux et électrophysiologiques révèlent un large bénéfice de l'apprentissage musical comparé à celui de la peinture démontrant l'importance de la musique dans l'éducation des enfants.


  • Résumé

    The aims of the present thesis were two-folded. Firstly, we wanted to compare behavioral and electrophysiological measures related to the implicit learning of linguistic and musical structures contained within an artificial sung language. While behavioral measures suggest that only the linguistic structure was learned, electrophysiological data revealed similar N400 effects in both linguistic and musical dimensions, suggesting that participants did also learn the musical structure. The second goal was to evaluate to what extent musical expertise can affect speech segmentation. At this aim, we compared a group of adult musicians to a group of nonmusicians. While behavioral data showed that musicians had marginally better performance than non musicians in both dimensions, electrophysiological data revealed, via early (N1/P2) and late (N400) differences, a better speech segmentation in musicians than in non musicians. Moreover, event-related potentials and time-frequency analyzes during learning revealed a faster and more efficient learning process in musicians. However, the only way to unambiguously claim causality between expertise and the observed effects requires a longitudinal approach. At this aim, we conducted a study with 8 year-old children who followed either music or painting lessons over a period of 2 years. Behavioral and electrophysiological data revealed a larger benefit of musical compared to painting training, bringing evidences for the importance of music in childrens' education.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille II. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.