Odeurs et demandes d'aide implicites : aider par le bout du nez

par Roxane Saint-Bauzel

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Robert-Vincent Joule et de Valérie Fointiat.

Le jury était composé de Robert-Vincent Joule, Valérie Fointiat, Alain Somat, Isabel Urdapilleta.

Les rapporteurs étaient Alain Somat, Isabel Urdapilleta.


  • Résumé

    Les odeurs affectent nos jugements, nos perceptions voire nos comportements, et plus particulièrement les comportements d’aide spontanés (Baron, 1997), même si ce champ de recherches reste peu exploré en psychologie sociale. Dans une première série de recherches, nous avons tout d’abord répliqué l’effet de l’odeur (vanille versus camphre, toutes deux pré-testées comme des odeurs agréables) d’un demandeur sur les comportements d’aide subséquents. Puis dans une seconde série de recherches, nous avons exploré expérimentalement l’hypothèse selon laquelle l’humeur médiatise la relation odeur-comportement, dans le paradigme de soumission sans pression du pied-dans-la-porte (Freedman & Fraser, 1966) avec demande implicite (Uranowitz, 1975). Rappelons que le pied-dans-la-porte (cf. méta-analyse) est une procédure éprouvée consistant à faire précéder une requête-cible généralement coûteuse d’une requête dite préparatoire qui l’est moins. Les effets de pied-dans-la-porte sont classiquement interprétés en termes d’engagement (Kiesler, 1971) ou en termes d’auto-perception (Bem, 1966, 1972). Les résultats obtenus dans ce paradigme attestent que l’efficacité du pied-dans-la-porte est affectée par l’odeur portée par le demandeur : lorsque celui-ci porte une odeur de camphre, les effets de pied-dans-la-porte ne sont plus observés, sans pour autant valider que l’odeur a un impact sur l’humeur des sujets. Difficilement interprétables en termes d’engagement ou d’auto-perception, nous avons exploré dans une troisième série de recherches une interprétation alternative de nos résultats : l’odeur d’autrui véhicule per se des informations sociales et ce sont ces informations qui orientent les comportements d’aide, et qui peuvent sous certaines conditions contrecarrer les effets pourtant robustes du pied-dans-la-porte. Pris globalement, les résultats recueillis auprès de mil-quatre-cents sujets pour la plupart en milieu écologique, articulés à une méta-analyse actualisant celle plus ancienne (Burger, 1999) nous ont amené à proposer un modèle intégratif permettant de rendre compte de l’impact des caractéristiques des demandeurs sur l’efficacité du pied-dans-la-porte.


  • Résumé

    Although this field of research remains poorly investigated in social psychology, some data indicates that odors modify our judgments, our perceptions, our behaviors, and more particularly our spontaneous helping behaviors (Baron, 1997). In a first series of experiments, we replicated a study aimed at evaluating the effect of a perfumed experimenter (vanilla versus camphor, both pre-tested as pleasant odors) on helping behaviors. In a second series of studies, we experimentally investigated the hypothesis according to which mood is a mediator variable of odors influence on helping behavior, in the foot-in-the-door paradigm without pressure compliance (Freedman & Fraser, 1966) with implicit demand (Uranowitz, 1975). Foot-in-the-door paradigm (cf. meta-analysis) is a well-tested procedure consisting in asking for a small request, and then asking for a larger one. Foot-in-the-door effects are classically interpreted in terms of commitment (Kiesler, 1971) or self-perception (Bem, 1966, 1972). Results obtained in this paradigm give evidence that the foot-in-the-door efficiency is affected by the experimenter’s odor: when the experimenter is perfumed with camphor, classical foot-in-the-door effects are not observed any more. However, the results do not confirm the hypothesis according to which odor influence subject’s mood. Neither the self-perception theory nor the commitment theory can account for these results. Thus, in a third series of experiments, we investigated an alternative interpretation: other people’s odors serve as social informations, which influence helping behaviors, which can cancel, under some requirements, the strong foot-in-the-door effects. An update of a meta-analysis (Burger, 1999), conducted on the data collected over four hundred thousand subjects in a naturalistic setting, lead us to propose an integrative model that would explain the influences of the experimenter’s characteristics on the foot-in-the-door efficiency.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Provence. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.