Des catastrophes et des hommes : portrait d'une sociabilité événementielle. : le quotidien des inondations dans la basse vallée du Rhône entre 1755 et 2003

par Christine Labeur

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Bernard Picon.


  • Résumé

    Les catastrophes naturelles font régulièrement la une des actualités en France. Ces événements climatiques extrêmes remettent en question toute la chaîne de gestion des risques naturels car ils sont considérés comme résultant certes d’un phénomène météorologique d’une ampleur extraordinaire mais aussi surtout de dysfonctionnements graves dans la protection des populations face aux éléments naturels, et notamment lors de l’alerte. Ce moment-clé, qui détermine une grande partie de l’événement, reste malgré, les progrès réalisés par les organismes de prévision des phénomènes climatiques, difficile à maîtriser car il repose essentiellement sur des initiatives individuelles et pose le problème de la responsabilité des gestionnaires face à des comportements majoritairement non planifiés et qui peuvent accentuer la crise. L’objectif de la thèse est d’étudier la réactivité de la population lors d’une catastrophe et de montrer quelles sont les particularités de la sociabilité événementielle, phénomène microsocial à la fois temporaire et fortement tourné vers autrui. Le terrain d’étude est la basse vallée du Rhône et ses inondations entre 1755 et 2003. Le recours à l’approche historique se justifie par la volonté de mettre en évidence des permanences dans les comportements humains face aux catastrophes et par la nécessité d’illustrer le concept actuel de culture du risque. Les données empiriques sont des archives et des entretiens auprès d’acteurs de catastrophe. Ces données ont été exploitées avec des méthodes classiques d’analyse de contenu et des méthodes statistiques (statistiques textuelles avec Alceste© et étude des réseaux sociaux par les graphes avec R©).


  • Résumé

    Natural disasters have regularly been in the news in France. These extreme weather events call into question the entire chain of natural hazard management because they are regarded as resulting from a meteorological phenomenon of extraordinary magnitude, but also especially serious malfunctions in the protection of populations against natural elements, especially during the alert . This key moment, which determines much of the event, remains difficult to control despite the progress made by agencies to forecast weather. Indeed, it is essentially based on individual initiatives and raises the question of accountability of managers towards unplanned actions, the latter may even exacerbate the crisis. This thesis’ objective is to study the reactivity of the population during a disaster and to show what is special about sociability event, phenomenon microsocial both temporary and strongly turned towards others. The study site is flooding in the lower Rhone Valley between 1755 and 2003. Using the historical approach is justified primarily by the desire to highlight the permanence in human behavior during disasters and then by the need to illustrate the present concept of risk culture. The empirical data consist of archive material and interviews with key players in disaster. These data were analyzed by standard methods of content analysis and statistical methods (textual data analysis with Alceste© and the study of social networks by the relational data with R©).


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Informations

  • Détails : 1 vol. (638 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 265-278. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Aix-en-Provence. Schuman). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université de Provence. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.