Variabilité génétique des réponses de peur chez le canard

par Isabelle Ronecker (Arnaud)

Thèse de doctorat en Sciences de la vie

Sous la direction de Daniel Guémené.

Soutenue le 19-02-2010

à Tours , dans le cadre de Ecole doctorale Santé, sciences, technologies (Tours) , en partenariat avec Station de recherches avicoles (Nouzilly, Indre-et-Loire) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Claude Chevrier.

Le jury était composé de Odile Viltart, Pierre Mormede.

Les rapporteurs étaient Werner Bessei, Christine Duvaux Ponter.


  • Résumé

    Le canard mulard, hybride issu du croisement entre une femelle de l’espèce canard commun (Anas platyrhynchos), le plus souvent de génotype Pékin, et un mâle de l’espèce canard de Barbarie (Cairina moschata), expriment une peur de l’Homme exacerbée en élevage. Il semblerait cependant que le niveau d’expression de cette aversion varie en fonction du croisement commercial utilisé. Dans ce contexte, l’objectif de cette thèse était d’étudier la variabilité génétique des réponses surrénaliennes et comportementales liées à la peur chez le canard.Des effets hétérosis importants ont été mis en évidence sur les réponses comportementales de peur exprimées en présence de l’Homme ; l’hybride mulard exprimant une activité comportementale et un éloignement de l’Homme plus important que les deux génotypes parentaux Pékin et Barbarie. D’autre part, l’hybride mulard présente une réponse surrénalienne au stress de contention comparable à celle du génotype Pékin pour laquelle un effet additif important a été mis en évidence. Par la suite, l’étude des réponses de peur de six croisements issus de trois origines commerciales différentes a globalement confirmé ces différents effets du croisement. Parallèlement, si les différences mises en évidence entre des canards mulards de même origine commerciale ayant l’une des composantes parentales communes sont limitées, des profils de réponses surrénaliennes et comportementales de peur différents ont été caractérisés en fonction de leur origine commerciale.Un programme de sélection divergente sur la corticostéronémie suite un stress de contention chez le canard Pékin a ensuite été mis en place dans le but d’en étudier la faisabilité et les effets sur les réponses globales de peur. La lignée haute HCort présente une réponse surrénalienne à la contention supérieure à la lignée basse LCort dès la première génération de sélection. Après 5 cinq générations, la lignée HCort se différencie également de la lignée LCort par une corticostéronémie initiale et une capacité de réponse maximale des glandes surrénales significativement plus élevées. D’un point de vue comportemental, la lignée HCort présente une activité physique exacerbée en situation de stress et une peur de l’Homme moins marquée. Afin d’évaluer l’effet de cette sélection sur le croisement, les réponses de peur de canards mulards issus des canes Pékin de chaque lignée divergente ont ensuite été étudiées. Les hybrides mulards MHCort présentent une réactivité surrénalienne et une activité physique lors de la contention supérieures à celles des hybrides mulards MLCort. Les canards mulards MHCort présentent a contrario une peur de l’Homme plus importante que les canards mulards MLCort. En conclusion, ce travail de thèse a permis de mieux comprendre les mécanismes du déterminisme génétique des réponses de peur chez les canards et la sélection a permis l’obtention de lignées qui présentent des réponses de peur contrastées, en lignée pure mais aussi en croisement hybride mulard. Ces différences pourraient sans doute s’accentuer en prolongeant le processus de sélection mais une analyse plus exhaustive des conséquences sur d’autres paramètres (zootechniques, immunologiques, etc.) reste à réaliser.

  • Titre traduit

    Genetic variability of fear responses in ducks


  • Résumé

    The mule duck, hybrid from a female common duck (Anas platyrhynchos), generally from Pekin genotype, and a Muscovy drake (Cairina moschata), are reported to express high fear of human in rearing system. However, the level of the fear responses seems to vary according to the commercial cross used. In this context, the aim of this thesis was to study the genetic variability of adrenal and behavioural responses of fear in ducks.High heterosis effects were highlighted on behavioural responses of fear in human presence; the mule duck showing a higher behavioural activity and distance from human than the both Pekin and Muscovy parental genotypes. In addition, mule duck is comparable to Pekin genotype for the adrenal response to restraint, for which a high additive effect was estimated. Fear responses were then characterized in six cross from three different commercial origins and the estimated crossbreeding effects were mostly consistent with the previous results. Even if the differences between mule ducks from a same commercial origin with a common parental component were limited, different fear adrenal and behavioural responses profiles were characterized according to their commercial origin. A divergent selection program based on corticosterone response to restraint stress in Pekin duck was then carried out to study its feasibility and effects on the fear responses. The high line HCort show higher adrenal response to restraint than the low line LCort as of the first generation of selection. After five generations, the HCort line also differs from the LCort line by a higher initial adrenal level and a higher maximum adrenal response capacity. With regards to the behaviours, the HCort line shows a higher physical activity in stressful situation and a lower level of fear of human. To assess the impact of this selection on the hybrid cross, fear responses of mule ducks resulting from Pekin females of each divergent line was then studied. The MHCort mule ducks show a higher adrenal reactivity and a higher physical activity during restraint than MLCort mule ducks. The MHCort mule ducks however show a higher fear of human than MLCort mule ducks. In conclusion, this work brings new information about the different mechanisms involved in the genetic determinism of fear responses in ducks and the selection results in divergent lines showing contrasted fear responses, in pure line but also in the hybrid mule cross. Differences may be potentially exacerbated by continuing the selection process but an exhaustive analysis of the consequences on other traits (zootechnical, immunological, etc.) remains to be made.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université François Rabelais. Service commun de la documentation. Bibliothèque de ressources en ligne.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.