La représentation de l'architecture dans l'oeuvre des peintres romanistes de la première moitié du XVIe siècle : jean Gossart, Bernard Van Orley et Pieter Coecke van Aelst.

par Samantha Heringuez

Thèse de doctorat en Histoire de l'Art moderne

Sous la direction de Yves Pauwels.

Soutenue le 29-09-2010

à Tours , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'homme et de la société (Tours) , en partenariat avec Centre d'études supérieures de la Renaissance (Tours) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Frédérique Lemerle.

Les rapporteurs étaient Dominique Allard, Philippe Bragard.


  • Résumé

    Enracinés dans un gothique très fécond, mais tournés vers d’autres horizons, les premiers peintres romanistes du XVIe siècle n’ont pas seulement bousculé toutes les conventions de la peinture traditionnelle flamande, ils ont aussi diffusé le langage classique de l’architecture antique et renaissante découverte lors de leur séjour en Péninsule. En introduisant progressivement des motifs all’antica à l’intérieur de leurs oeuvres picturales, ils ont dans une certaine mesure engagé les bâtisseurs des anciens Pays-Bas à se sensibiliser à cette nouvelle esthétique venue d’Italie. Malgré l’intérêt qu’elles représentent, leurs architectures fictives n’ont jamais été l’objet d’une analyse. À travers l’étude des décors de trois figures majeures du premier Romanisme, Jean Gossart, Bernard van Orley et Pieter Coecke van Aelst, nous tenterons de déterminer les sources de l’italianisme de leur langage afin d’évaluer leur connaissance effective en matière d’architecture classique et d’apporter un nouveau témoignage sur le développement de la Renaissance dans les anciens Pays-Bas.

  • Titre traduit

    The representation of architecture in the work of romanists painters of the first half of the sixteenth century : jean Gossart, Bernard Van Orley et Pieter Coecke van Aelst


  • Résumé

    Rooted in a fertile Gothic, but turned to other horizons, the first Romanists painters of the XVIth century have not only knocked down all the conventions of the traditional Flemish painting, but they have also broadcasted the classic language of ancient and renaissance architecture discovered during their stay in the Peninsula. By introducing gradually motives all’antica inside their pictorial works, they have encouraged to a certain extent the builders of the Low Countries to get acquainted with this new aesthetics come from Italy. Despite the interest which they represent, their fictitious architectures have never been studied. Through the study of the architectural backgrounds of three major figures of the first Romanism, Jean Gossart, Bernard van Orley and Pieter Coecke van Aelst, we shall try to determine the sources of the Italianism of their language to evaluate their effective knowledge in classic architecture and to bring a new testimony on the development of the Renaissance in the Low Countries.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université François Rabelais. Service commun de la documentation. Bibliothèque de ressources en ligne.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.