Rosario Castellanos et l'altérité indienne dans la "trilogie du Chiapas" : une vision ethnocentrique de l'Indien mexicain

par Virginie Ruiz

Thèse de doctorat en Lettres. Etudes hispaniques et latino-américaines

Sous la direction de Francisco Albizú Labbé.

Soutenue en 2010

à Toulon , en partenariat avec Université de Toulon et du Var. Faculté de lettres et sciences humaines (autre partenaire) .


  • Résumé

    La " trilogie du Chiapas ", constituée par deux romans Balún Canán (1957), Oficio de tinieblas (1962) et un recueil de nouvelles Ciudad Real (1960) illustre l'affrontement entre les dominants blancs, héritiers de la Conquête espagnole et les dominés, les Indiens, dépossédés de leurs terres ancestrales. Aux yeux de la critique littéraire pratiquement unanime, Rosario Castellanos (1925-1974) donne une vision de l'Indien " de l'intérieur " très novatrice dans le courant littéraire indigéniste. Selon cette perspective, la trilogie apparaît comme un hymne à la parole indigène en lutte contre le silence et l'oubli. Notre travail effectue une nouvelle lecture qui interroge l'ambiguïté constitutive de la trilogie, comme preuve non pas de l'adéquation, mais de la fracture existante entre l'univers indigène et sa représentation littéraire. En confrontant l'histoire du Chiapas, la réalité ethnologique des Tzotzil-Tzeltal, la place de Rosario Castellanos au sein de l'indigénisme mexicain des années cinquante et sa production littéraire, nous démontrons que l'auteure offre une vision ethnocentrique de l'Indien qui véhicule l'idéologie indigéniste officielle. Les stratégies narratives mises en place par le recours à une perspective ethnique fictive, aux intertextes indigènes, aux mythes d'apparence maya ne servent pas à valoriser la culture indienne. Rosario Castellanos ne parvient pas à (re)connaître l'Indien dans son altérité, car, par delà sa dénonciation des injustices sociales, elle engage avant tout une réflexion sur l'intégration de l'Indien à la nation mexicaine et sur sa nécessaire acculturation.

  • Titre traduit

    Rosario Castellanos and the Indian alterity in the "trilogy of Chiapas" : an ethnocentric vision of the Mexican Indian


  • Résumé

    The "trilogy of Chiapas", consisting of two novels Balún Canán (1957), Oficio of tinieblas (1962) and a collection of short-stories Ciudad Real (1960) illustrates the confrontation between the dominant White people, heirs of the Spanish Conquest and the dominated, the Indians, shifted from their ancestral lands. In the eyes of the virtually unanimous literary criticism, Rosario Castellanos (1925-1974) gives a view of the Indian "from within" very innovative in the indigenist literary movement. From this perspective, the trilogy appears as a hymn to the native voice struggling against silence and oblivion. Our work makes a new reading that queries the constitutive ambiguity of the trilogy as an evidence not of the appropriateness, but of the fracture existing between indigenous universe and its literary representation. By confronting the history of Chiapas, the ethnological reality of Tzotzil-Tzeltal, the place of Rosario Castellanos within the Mexican indigenism of the fifties and her literary production, we demonstrate that the author offers an ethnocentric vision of the Indian which the indigenist official ideology conveys. The narrative strategies that she constucts by using a fictitious, ethnic perspective, indigenous intertexts, myths apparently Mayan do not help to valorize the Indian culture. Rosario Castellanos fails to get to know and appreciate the Indian in his otherness, because beyond its denunciation of social injustice, she above all enters into a reflection about the Indian's integration to the Mexican nation and about his necessary acculturation

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (663 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliographie p. 507-557. Glossaire. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Toulon (La Garde). Bibliothèque universitaire. Section Campus La Garde.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH-LET/2010TOUL2
  • Bibliothèque : Université de Toulon (La Garde). Bibliothèque universitaire. Section Campus La Garde.
  • Disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Casa de Velázquez. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.