Identification d'un gène majeur influençant le taux d'ovulation en race ovine Lacaune

par Laurence Drouilhet

Thèse de doctorat en Génétique

Sous la direction de Philippe Mulsant.

Soutenue en 2010

à Toulouse 3 .


  • Résumé

    Chez les ovins, la prolificité est un critère important sélectionné pour la production d'agneaux. En race Lacaune, une mutation autosomale (FecL, chromosome 11 ovin) qui augmente le taux d'ovulation et donc la prolificité des brebis a été mise en évidence. Les objectifs de cette thèse étaient d'une part, la localisation fine et le clonage positionnel de FecL et d'autre part, la caractérisation des conséquences physiologiques de la mutation. Une centaine de marqueurs génétiques ont été développés à partir des séquences disponibles, puis par séquençage haut débit. Le génotypage de familles expérimentales a permis de réduire le locus FecL à une région de 190 kb qui comprend deux gènes, IGF2BP1 et B4GALNT2. Différents éléments, tels que la présence d'un SNP dans un intron du gène B4GALNT2 en total déséquilibre de liaison avec la mutation et une très forte surexpression des ARNm de B4GALNT2 dans les ovaires des brebis mutées, désignent ce gène comme le gène FecL. Au niveau physiologique, les brebis mutées sont caractérisées par un plus grand nombre de follicules matures et une expression augmentée du récepteur à FSH dans l'ovaire, une concentration plus élevée en œstradiol circulant qui entraine une accélération de la pulsatilité et une décharge préovulatoire de LH plus précoce. L'hypothèse retenue serait une action de FecL sur le phénomène de sélection des follicules conduisant à une augmentation du taux d'ovulation. Jusqu'à présent, dans l'espèce ovine, toutes les mutations identifiées influençant le taux d'ovulation concernent le système TGFß. Cette thèse met en évidence une nouvelle voie de régulation de la fonction ovarienne et du taux d'ovulation chez la brebis.

  • Titre traduit

    Identification of a major gene influencing ovulation rate in ovine Lacaune ewes


  • Résumé

    In sheep, prolificacy is a important criteria selected in lamb production. In the Lacaune breed, an autosomal mutation (FecL, chromosome 11) increasing ovulation rate and therefore ewes prolificacy has been evidenced. The goals of this work were on one hand, the fine mapping of FecL, and on the other hand, the endocrine characterization of the reproductive axis in highly prolific Lacaune sheep. About one hundred markers have been developed first from available sequences then from high-throughput sequencing. Genotyping of experimental families led to a locus of 190kb containing FecL, encompassing two genes, IGF2BP1 and B4GALNT2. The presence of a SNP completely associated with the mutation localized in an intron of B4GALNT2 gene and the over expression of B4GALNT2 mRNA in mutated ovaries led us to consider this gene as the FecL gene. Physiologically, the mutated ewes have a greater number of mature follicles and an over expression of the FSH receptor in ovary, a higher plasmatic oestradiol concentration leading to a higher LH pulsatility and then a precocious LH preovulatory surge. One hypothesis could be that FecL influences follicles selection leading to an increased ovulation rate. Until now, in sheep breed, all the identified mutations influencing ovulation rate belong to the TGFß system. This work evidences a new regulatory pathway of the ovary function and ovulation rate in ewes.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (113 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 103-112

Où se trouve cette thèse ?