La construction mémoriale au monastère de Sahagun (Léon-Castille, 1110-1255)

par Ludivine Gaffard

Thèse de doctorat en Espagnol

Sous la direction de Amaia Arizaleta.

Soutenue en 2010

à Toulouse 2 .


  • Résumé

    La mémoire collective n’est pas une création naturelle, désintéressée, une expérience vécue et transmise ; elle doit être appréhendée comme une construction forgée par une collectivité déterminée en étroite relation avec l’univers social, politique et idéologique au sein duquel elle évolue, comme une stratégie mise en place par certains afin de favoriser la solidarité et la mobilisation du groupe entier. Dans la mouvance des idées grégoriennes, le monastère de Sahagún s'impose à la fin du XIe siècle comme l'un des plus prestigieux centres ecclésiastiques du royaume castellano-léonais mais les premières décennies du XIIe siècle signent déjà la fin de cet âge d'or. L'examen attentif de l'ensemble des processus mis en œuvre entre 1110 et 1255 par la communauté afin d'élaborer le souvenir de soi qu'elle entend léguer aux générations futures, l'analyse des choix et des procédés complexes qui sous-tendent la conservation et la transmission de la mémoire sont au cœur de notre recherche. À partir d'un corpus réunissant des écrits diplomatiques, historiographiques et littéraires qui, au-delà de leur spécificité formelle, furent tous, successivement ou simultanément, de façon concourante ou concurrente, les supports d'une construction mémoriale promue par tout ou partie du monastère de Sahagún, il s'agit de repérer les thèmes et les contenus privilégiés par les scribes mais aussi de s'interroger sur les procédés et les techniques développées autour et en vue de l'acte d'écriture, d'étudier l'évolution, sur une période d'un siècle et demi, des formes textuelles porteuses de la mémoire du groupe.

  • Titre traduit

    Building a Memory at the Sahagún Monastery (Leon-Castile, 1110-1255)


  • Résumé

    Collective memory is not some natural, selfless creation, something that you experience and pass on. It must be thought of as a construction built by a given group in close connection with the social, political, and ideological world it belongs to, as a strategy that some people set up to foster the solidarity and commitment of the whole group. Drawing from Gregorian ideas, the Sahagún monastery established itself at the end of the eleventh century as one of the most prestigious ecclesiastical centres of the kingdom of Castile. This golden age yet came to an early end during the first decades of the twelfth century. The close examination of the whole process implemented from 1110 to 1255 by the community in order to draw up the memory it intended to hand down to the next generations, the analysis of the choices and complex processes implying the conservation and the passing on of memory constitute the heart of my research. My goal is to spot the themes and contents favoured by the scribes, but also to think about the processes and techniques developed around and for the act of writing, and to study the evolution of the textual forms transmitting the group’s memory. I will use to this end a corpus made of diplomatic, historiographical and literary works which, despite their formal specificity, were all (successively or simultaneously) the medium through which a memory was built and promoted by all or part of the Sahagún monastery.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (680 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. [511]-552. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.