Transfert du VIH des cellules dendritiques aux lymphocytes T : Rôle des anticorps

par Ke Xu

Thèse de doctorat en Science de la vie et de la santé

Sous la direction de Christiane Moog.

Soutenue en 2010

à Strasbourg .


  • Résumé

    Les cellules dendritiques (DC) présentes au niveau des muqueuses sont considérées comme étant les premières cellules cibles du VIH lors de sa transmission par voie sexuelle. L’objectif de ma thèse était d'étudier les événements précoces du transfert efficace du VIH des DC aux lymphocytes primaires, et, de déterminer la capacité des anticorps à inhiber ce transfert. Nous avons trouvé que de DC transfèrent efficacement le VIH aux lymphocytes T CD4 activés. En outre, de manière surprenante nous observons une augmentation du pourcentage de DC infectées en présence de lymphocytes T CD4 activés ou non, ou de lymphocytes B dans la co-culture, par rapport à infection des DC en l’absence de lymphocytes. Cette augmentation ne nécessite pas la réplication du VIH dans la cellule cible, puisque le VIH ne se réplique pas dans les lymphocytes B (non permissif) ou T CD4 non activés. Nous avons utilisé une chambre de culture avec insert membranaire permettant de séparer physiquement les DC des lymphocytes, sans affecter l'échange de cytokines sécrétées ou de particules virales produites. En présence de cet insert, le transfert du VIH et l’augmentation de l’infection des DC ont été totalement inhibés. De plus, lorsque plusieurs molécules de surface impliquées dans le contact DC-lymphocytes T CD4 sont bloquées par des anticorps anti-CD3, anti-CD40 ou ICAM-1, la transmission du VIH et l’augmentation de l’infection des DC sont altérées de façon significative. Ces résultats indiquent que le contact cellule-à-cellule est nécessaire au transfert et à l’augmentation de la réplication du VIH dans les DC. J’ai constaté que les anticorps neutralisants (AcN) inhibent efficacement le transfert du VIH des DC aux lymphocytes T CD4. Ces résultats suggèrent qu'une forte réponse humorale conduisant à la production d’AcN pourrait protéger contre la transmission du virus par voie sexuelle, en prévenant l’infection et le transfert du VIH des DCs immatures aux lymphocytes T CD4.

  • Titre traduit

    Transfer of HIV from dendritic cells to CD4 T lymphocytes : Role of antibodies


  • Résumé

    Dendritic cells (DCs) present on mucosal sites are considered as one of the first HIV target cells following its sexual transmission. The aim of my PhD study was to investigate the early events of the efficient HIV transfer from DCs to CD4 T lymphocytes and to determine the capacity of a panel of NAbs to inhibit in vitro this transfer in primary cells. In the presence of PHA-activated or unstimulated CD4 T- or CD19 B-lymphocytes, the percentage of infected DCs was significqntly increased. This enhancement did not require HIV replication in the target cell, since unstimulated CD4 T- or B-lymphocytes did not support HIV replication. This phenomenon was very specific as we didn’t find an enhancement of HIV replication in DCs when cocultured with CD4 T-cell lines. We found that neutralizing antibodies totally blocked HIV replication in PHA-activated CD4 lymphocytes and partially prevented infection in DCs. To determine if cell-to-cell contact was required for this increased HIV replication in DC, culture membrane inserts were used to physically separate DCs from T lymphocytes, without inhibition of the exchange of HIV particles and secreted cytokines. In the presence of culture membrane inserts, the transmission of virus and the enhancement of DC infection were totally abrogated. Furthermore, when we blocked several cell surface molecules involved in DC-T cell interactions by antibodies (anti-CD3, ICAM-1, anti-CD40), the transfer of HIV and the increase of HIV replication in DCs were impaired, indicating that cell-to-cell contact was necessary for this increased infection in DCs. We found that neutralizing antibody efficiently inhibited HIV transfer from immature DCs to CD4 T lymphocytes. These results suggest that a robust neutralizing antibody response preventing HIV infection and transfer from immature DCs to other permissive CD4 cells should be highly beneficial in protection against sexual HIV transmission. We propose that such antibodies should be induced at the mucosal site by vaccination.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (Pagination multiple)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 63-78

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service commun de la documentation. Bibliothèque Danièle Huet-Weiller.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : Th.Strbg.Sc.2010;0531
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.