L' expression picturale : pacification d'une souffrance du désir dans la psychose

par Johanna Schmid-Burgk-Cordier

Thèse de doctorat en psychologie clinique

Sous la direction de Xavier-Serge Lesourd.

Soutenue en 2010

à Strasbourg .


  • Résumé

    La présente thèse s’intéresse au rôle de l’art, en l’occurrence de la peinture, et à la naissance du désir dans le cas de la psychose. Notre travail s’élabore à partir de deux femmes peintres psychotiques, Rose et Liliane, qui ont toutes deux entrepris la peinture à une fin commune : contrer leur souffrance psychique, l’exposer, la donner à voir et par là, la pacifier. Par leur biographie, les entretiens cliniques et l’analyse de leurs œuvres, nous avons pu élaborer différentes hypothèses. Liliane a symbolisé ses épisodes psychotiques passés par la peinture. Elle a imaginé des suites positives à ces visions brutales et insensées et est parvenue à les intégrer mentalement et de manière pacifiée. Rose a retravaillé à travers ses tableaux les problématiques concrètes de sa psychose. Les choix de ses motifs sont en lien étroit avec sa pathologie, y prennent naissance et en traitent. Picturalement elle a retracé le développement psychique de la fusion avec la mère à sa séparation par la loi du père pour parvenir à une maternité symbolique et finalement à sa renaissance par les autoportraits. Nous avons pu considérer que c’est le sinthome qui entre ici en jeu. Avec le retour du père forclos dans la peinture, Rose et Liliane peuvent se soumettre à la loi du manque et tenir compte de l’existence de l’Autre. Cette reconnaissance d’une loi leur permet de s’inscrire dans le lien à l’autre et leur donne accès au désir : Ce désir, émergé de l’adresse de leur peinture, n’en dépasse pas les limites. Leur création a permis d’accéder au féminin, d’accepter le manque, la séparation d’avec la mère et de vivre une maternité symbolique dans le cas de Rose. L’œuvre a aussi permis de pacifier la forclusion du Nom-du-Père par sa présence et sa reconnaissance picturales.

  • Titre traduit

    Pictural expression : Pacification of the suffering of the desire in psychosis


  • Résumé

    This thesis examines the role of art, in particular painting, and the coming into being of desire in occurence of psychosis. We deal with two female painters both suffering from schizophrenic psychosis. Both women, L. And R. , have painted for a common goal – to outbalance their mental suffering, to expose and finally pacify it. Starting from their biographies, the clinical examination and their work we develop different hypotheses. L. Has symbolized her psychotic episodes by painture. She imagined positive results of her brutal and shameless visions and has arrived at integrate them peacefully. R. Has reworked particular problems of her psychosis by her paintings. The choice of her motives is in close relationship with her clinical pathology, they start herefrom and treat it. Metaphorically speaking, she has traced back the psychological evolution of the fusion with her mother until the separation by the father to arrive at a symbolic maternity and in the end a rebirth by means of her paintings. It is as if in these paintings she had been able to live again the failings of her past and to pacify them. We claim it is the sinthome which plays here its role as the fourth circle of the Borromean knot as far as the father is concerned, who is reintroduced hereby. By the return of the forecluded father into the painting, both, R. And L. , are enabled to submit to the law of privation for they take into consideration the existence of the „Other“ in their work and refer to him in their language. The recognition of basic laws such as the law of privation, the law of castration and the ban of incest permits them to enter into the relationship with the „Other“ and gives them acces to the „desire“. Their paintings enable them to enter into the „female“, to accept privation, the separation from her mother and, in case of R. , to live a symbolic maternity. Their work pacifies the foreclusion of the „Name of the Father“ and enables „desire“, a desire which demands submission to privation and the symbolization of it.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (270 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 205-212. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service commun de la documentation. Bibliothèque de psychologie.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2010-SCHMID-BURGK-CORDIER
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.