La période hephtalito-turque en Asie centrale et dans le Nord-Ouest de l'Inde

par Michaël Rakotozonia

Thèse de doctorat en Archéologie

Sous la direction de Zemaryalai Tarzi.

Soutenue en 2010

à Strasbourg .


  • Résumé

    Entre le 4e et le 8e siècle de notre ère, deux peuples originaires des steppes de la Haute-Asie envahissent successivement l’Asie centrale et se taillent de vastes empires égalant en puissance la Perse et la Chine. Le premier peuple, qualifié à tort de hunnique par certains historiographes, possède en réalité des racines scythiques et se présente dans la plaine bactrienne aux alentours des années 350. Connus au départ sous le nom de Chionites, ils adoptent dés les prémices du 5e siècle l’appellation de Hephtalites suite au règne de leur illustre chef, Hephtal. Au début du 6e siècle, ils atteignent leur apogée et deviennent les maîtres d’un vaste territoire s’étendant du sud kazakh au Gange. Les membres du second peuple se sont eux même surnommés Türküt, « les Forts ». Anciens vassaux des Jouan-jouan, ils prennent la tête de l’ensemble des confédérations nomades de la steppe autour des années 535 et centrent leur pouvoir au confluent de l’Orkhon et de la Selenga sur le territoire mongol. A peine une décennie plus tard, ils envoient dix de leurs clans à la conquête de l’ouest et se rendent maîtres, entre 565 et 567, de la majeure partie de l’empire hephtalite, nouvelles possessions qu’ils s’efforcent d’administrer depuis les Tian-shan. Passant du statut de cavaliers nomades à celui de chevaliers féodaux, les Hephtalites et les Turcs, qui possédaient déjà des identités très fortes, vont enrichir leur culture au contact des grandes civilisations de l’époque. Adoptant les croyances des régions conquises et reprenant pour leur compte les bases artistiques qui les précédèrent en ces terres, ils vont, chacun à leur époque, devenir les commanditaires d’un art nouveau et les garants d’une civilisation originale qui rayonna jusqu’à l’arrivée des Arabes. Cette thèse de doctorat a pour but de retracer l’histoire de ces deux nations, de leur origine à leur chute, d’analyser les différents aspects de leurs sociétés et d’étudier les vestiges datant de leur période de règne. En plus de remettre en question certaines idées reçues, elle démontre que les Hephtalites et les Turcs ont davantage cohabité qu’ils ne se sont opposés et que c’est côte à côte qu’ils luttèrent pour la survie de leurs valeurs face à un Islam grandissant.

  • Titre traduit

    The hephtalito-turkish period in central Asia and Northwestern India


  • Résumé

    Between the 4th and the 8th century A. D. , two peoples from the High-Asia steppe invaded alternately Central Asia and cuted themselves large empires, equalling in power Persia and China. The first one, wrongly qualified of Hunnic by some Historians, had indeed Scythian roots and reached the Bactrian plain around 350 A. D. First known as Chionites, they took the name of Hephtalites in the beginnings of the 5th century, after the reign of their charismatic leader, Hephtal. They reached their golden age at the start of the 6th century and became the masters of a huge land extending from south Kazakhstan to the Ganges River. Members of the second people called themselves Türküt : the Strongs. Former vassals of the Jouan-jouan, they took the head of the whole nomadic confederation in the steppe around 535 AD and settled the centre of their power in Mongolia, at the meeting point of the Orkhon and the Selenga Rivers. About a decade later, they sent ten of their clans to the conquest of the occidental territories and became the masters of the major part of the former Hephtalite Empire between 565 and 567, land that they ran from the Tian Shan region. Evolving from a nomadic system to a feudal one, the Hephtalite and the Turks, who have already got a strong self-identity, enriched their own culture by drawing from the great civilisations of the time. Adopting the beliefs of the conquered regions and taking the preexisting artistic bases back for their account, they became the financers of a new Art and the guarantors of an original civilisation which shone until the Arab conquest. Througout this thesis, the goal is to write the History of the two nations, from their rising to their fall, to analyse the various aspects of their societies and to study the archaeological remains belonging to the time of their dominion. Besides questioning generally accepted ideas, it will demonstrate that the Hephtalites and the Turks learned to live together rather than fighting each other and that they resisted side by side against Islam for the survival of their values.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (596 p.-XXXVII f. de pl.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. en fin de chapitres

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TM.500.732,2010

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFiche 223/4391
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.