Les soeurs Madeleine ou Les lavoirs de la honte : historique, esthétique et éthique

par Martine Gauthier-Bottet (Gauthier)

Thèse de doctorat en Langues, Littératures et civilisations des pays anglophones

Sous la direction de Jean Berton et de Christian Jérémie.

Le président du jury était Rosemary Findlay.

Le jury était composé de Jean Berton, Christian Jérémie, Tri Tran.

Les rapporteurs étaient Tri Tran.


  • Résumé

    A partir du XIXe siècle, la fondation du Bon Pasteur est créée par Mère Marie-Euphrasie. La mission spécifique decet ordre est de s'occuper de la population dans la misère et tout particulièrement des femmes et des enfants, afin desoulager leur détresse, de leur apporter du soutien et de les encourager à se réinsérer dans la société. Au Royaume-Uni les institutions du Bon Pasteur prennent le nom de couvents Madeleine, se référant ainsi à la figure biblique de Marie-Madeleine pécheresse repentie qui devient une fidèle du Christ. La vocation de ces établissements Madeleine est d'accueillir les prostituées et les mères célibataires. Ils se spécialisent rapidement dans le travail de blanchisserie, tâche éminemment symbolique car ces femmes doivent avant tout se laver de leurs péchés. Sous le règne de Victoria la morale puritaine se durcit, la figure de Madeleine incarne désormais «la catin», la femme de «mauvaise vie». Trois décrets sont alors promulgués afin de freiner l'extension de la prostitution et des maladies sexuellement transmissibles. Ce n'est que dans les années 1990 que des voix s'élèvent pour dénoncer les abus et les maltraitances commis dans certaines de ces institutions, voix bientôt relayées et amplifiées par plusieurs œuvres cinématographiques, en particulier par le film de Peter Mullan The Magdalena Sisters. Ce travail vise à comprendre pourquoi de tels faits se sont produits, à étudier le rôle des médias dans le processus de dénonciation et dans quelle mesure nous pouvons considérer qu'ils contribuent à faire l'Histoire.

  • Titre traduit

    The MagdaJene Sisters or the laundries of shame : history, esthetics and ethics


  • Résumé

    The Foundation of the Good Shepherd was set up by Mother Marie-Euphrasie in the XIX!h century. The specificmission of the order was to take care of the poor, and particularly of women and children, to ease their distress, givethem support and encourage them to make their way back into society. ln the UK, the Good Shepherd institutes were known as Magdalen Asylums, for the biblical figure of Mary Magdalene, a repentant sinner who became a disciple of Christ; the vocation of these Magdalen institutions was to shelter prostitutes and single mothers. They quickly came to specialise in laundry work- a symbolic task, as these women had above all to wash away their sins. During the reign of Queen Victoria, puritanism became more severe, and the figure of Mary Magdalena came to embody the "whore", the "fallen" woman. Three Acts of Parliament were passed to curb the expansion of prostitution and venereal diseases. Il was only in the late 1990s that voices were raised to denounce the abuse and ill-treatment committed in some of these institutions, voices that were soon picked up and amplified in a number of films, and in particular Peter Mullan's The Magdalena Sisters. The aim of this study is to understand why such things happened, and to study the role played by the media in the process of their exposure and to what extent they can be said to make History.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Jean Monnet. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.