Mécanismes de gouvernance en microfinance : apport sur la performance des institutions de microfinance au Cameroun

par Michel Bertrand Cyrille Onomo

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Claude Bekolo et de Célestin Mayoukou.

Soutenue en 2010

à Rouen en cotutelle avec l'Université de Douala , en partenariat avec Ecole supérieure des sciences économiques et commerciales (Douala, Cameroun) (autre partenaire) .

Le président du jury était Bruno Bekolo-Ebe.

Le jury était composé de Christian Rietsch.

Les rapporteurs étaient Michel Lelart, Marie-Thérèse Um-Ngouem.


  • Résumé

    Les limites des pratiques de gouvernance constituent l’un des risques majeurs qui menacent la viabilité des institutions de microfinance (IMF). Les IMF localisées en Afrique centrale, et notamment au Cameroun, ces limites se rapportent au manque de transparence dans les procédures de recrutement des dirigeants, dans les procédures de prise de décision organisationnelle et dans le mode de choix ou d’élection des administrateurs, et au système de contrôle des dirigeants. L’objectif de ce travail était de comprendre le fonctionnement des systèmes de gouvernance des IMF au Cameroun. Il s’agissait précisément d’une part de mettre en relief les mécanismes de gouvernance à l’œuvre dans ces institutions, et d’autre part, de déterminer les liens entre ces mécanismes et les indicateurs de la performance de ces dernières. De l’étude empirique, il ressort que le Conseil d’administration (CA) est l’organe central de la gouvernance dans les IMF au Cameroun. A côté de ce mécanisme, la politique de rémunération du dirigeant, les contrôles par les autorités monétaires, et par l’organe faitier (dans le cas spécifique des coopératives d’épargne et de crédit appartenant à des réseaux) et l’évaluation de l’activité de l’IMF par les agences de notation sont des mécanismes supplémentaires qui assurent la discipline des dirigeants de ces institutions. Par ailleurs, la structure monale du leadership au conseil d’administration, le nombre de métiers différents que compte le conseil d’administration, les contrôles des autorités monétaires et des organes faitiers, l’évaluation de l’activité de l’IMF par des agences de notation, le niveau d’études et l’ancienneté du dirigeant, ont une influence positive sur les indicateurs de la performance de ces institutions. A contrario, la présence des femmes an conseil d’administration et le nombre annuel de rencontres du conseil d’administration, ont une influence négative sur ces indicateurs. Cependant, le nombre d’administrateurs, l’indépendance du conseil d’administration vis à vis de la direction et l’audit (externe) régulier des comptes de ces institutions, n’ont aucune influence sur leurs indicateurs de performance

  • Titre traduit

    Governance mechanisms in microfinance industry : contribution on the performance of cameroonian microfinance institutions


  • Résumé

    The drawbacks of governance practices constitute one of the major risks that threaten le viability of microfinancial institutions (MFI). With regards to MFIs located in Central Africa and particularly in Cameroon, these limitations are related to the lack of transparency in the hiring processes of managers, in the process of organisational decision taking and in the method of choice or election of directors as well as in the system of control of chief executive. The aim of this work is to understand the functioning of governance systems of MFIs in Caemroon. Precisely, it was a matter of highlighting on one hand the governance mechanisms put in place in these institutions, and on the other hand to determine the link between these mechanisms and the performance governance in MFIs in Cameroon. Next to this mechanism, the chief executive compensation, controls y monetary authorities and by the credit’s union central organi (specifically in the case of credit union belonging to networks) and the evaluation of activities by rating agencies are additional mechanismes that assure the control of chief executive in these institutions. Moreover, the structure of leadership in the board of directors, the number of different trades counted bu the board of directions, controls by monetary authorities and by credit union central organ, evaluation by rating agencies, the level of education and the sentant of the chief executive have a positive influence on the performance indicators of these institutions. Unlikely, the presence of women in the board of directors and the number of annual meetings of the said board have a negative influence on these indicators. However, the number of directors, the independence of the board of directors vis-a-vis management and the regular (external) audit of the accounts of these institutions have no influence on their performance indicators

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (IX-339 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 278-307

Où se trouve cette thèse ?