L’entreprise morale en chirurgie esthétique : un mandat aux marges de la médecine

par Yannick Le Hénaff

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Stéphane Héas.

Soutenue en 2010

à Rennes 2 , dans le cadre de École doctorale Sciences humaines et sociales (Rennes) , en partenariat avec Université européenne de Bretagne (autre partenaire) .


  • Résumé

    Cette recherche analyse, essentiellement dans la tradition interactionniste, la construction et la pérennisation d‟un monde social aux marges de la médecine, celui de la chirurgie esthétique en France ; elle précise en particulier ses capacités à mettre en place divers processus d‟entreprises morales. Avec l‟analyse historique, l‟institutionnalisation progressive du monde de la chirurgie plastique met en perspective la place toute particulière de la chirurgie esthétique, le plus souvent mise au ban. Le caractère segmenté de cette pratique professionnelle dynamique apparait alors avec évidence, engageant la construction d‟identités variées, qui toutes se revendiquent du statut d‟authentique médecin et de l‟apport d‟un soin thérapeutique. Ces prétentions découvrent pour beaucoup de praticiens un intense travail de négociation de leur présentation professionnelle. Le soin apporté est défini à partir d‟une approche « psychochirurgicale », engageant un travail de déchiffrement lors de la mise en place du diagnostic. Mais l‟inexistence de nosologies médicales associée à la difficulté d‟appréhender l‟environnement social et psychique de la demande encourage en fait à une normalisation esthétique, soutenue par un travail de catégorisation sociale délégitimant et même excluant notamment la demande masculine

  • Titre traduit

    The moral company in plastic surgery : a mandate(money order) in the margins of the medicine


  • Résumé

    This research analyzes, in an Interactionnist view, the building of a social Outsider world, aesthetic surgery. We study the abilities of this group to be some moral entrepreneurs. With the historic view, the progressive institutionalization of the plastic surgery‟s world shows the aesthetic surgery stigmatization. The segmentation of this professional group appears evidently, with different identities constructions, which all claims the status of authentic physician and real therapeutic cure. This claim shows an intense facework of their professional presentation. The cure is defined in a “psychosurgical” approach, which urge in a deciphering work during the diagnostic. But, the non-existence of medical nosologies, associate with the difficulties to catch the social and psychic surroundings of the request encourages in fact to an aesthetic normalization, supported by a social categorization work which discredit and sometimes exclude the masculine request

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (539, 218 f.)
  • Notes : Thèse microfichée
  • Annexes : Bibliogr. f. 510-531. Annexes (vol. 2)

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Rennes 2. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire centrale.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université Rennes 2. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire centrale.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université Rennes 2. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire centrale.
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université Rennes 2. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire centrale.
  • Non disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Rennes 2. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire centrale.
  • Accessible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.