Lettres pures et lettres impures ? : les professeurs de français dans le tumulte des réformes : histoire d'un corps illégitime (1946-1981)

par Clémence Cardon-Quint

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Gilbert Nicolas et de Jean-Noël Luc.

Soutenue en 2010

à Rennes 2 .


  • Résumé

    En 1946, la création de la licence de lettres modernes mit fin au monopole des professeurs de lettres classiques sur l’enseignement du français dans les établissements secondaires. Legs des filières d’enseignement primaire supérieur – sans latin – le professeur de lettres modernes resta longtemps un professeur de français de second rang. Les débats qui entourèrent la genèse de l’agrégation de lettres modernes révélaient au grand jour les fondements incertains de la compétence du professeur de français comme spécialiste de sa discipline. Ce fut donc un groupe divisé et fragilisé qui affronta le double défi de la démocratisation du second degré et de son alignement sur les besoins de l’enseignement supérieur scientifique. Le mot d’ordre de rénovation de l’enseignement du français – mêlant des considérations scientifiques, professionnelles et sociopolitiques – creusa un nouveau fossé entre des professeurs de français, toujours divisés par la question du latin. Loin de jouer un rôle intégrateur, les deux associations de spécialistes, la Franco-Ancienne et l’Association française des professeurs (puis enseignants) de français cristallisèrent les tensions internes au groupe des professeurs de lettres. Devant l’éclatement des pratiques, l’inspection donna la priorité à la préservation d’un enseignement littéraire, centré sur la transmission du patrimoine

  • Titre traduit

    French professors in the turmoil of reform : the history of an illegitimate profession (1946-1981)


  • Résumé

    In 1946, the creation of a BA in modern French literature put an end to the monopoly enjoyed by the professors of Classics over the teaching of French literature and grammar in secondary education. As part of the legacy of a higher primary education degree – which did not comprise any Latin course – teachers of modern French literature were for a long time considered as second class professors. The debates which raged around the creation of the agrégation (a competitive examination to become a secondary education teacher) in modern French literature brought to light certain disputes concerning the competences of the French literature professor as a specialist in his field. Thus the double challenge posed by the democratization of secondary education and its alignment with the demands of higher education and research was met by a divided and weakened group. An agenda for the renovation of the teaching of French – which combined scientific, professional and sociopolitical considerations – created another rift among French teachers, who were also divided over the Latin issue. Far from smoothing out these wrangles, the two specialists associations - the Franco-Ancienne and the French Association of Professors (later Teachers) of French (Association française des enseignants de français) - heightened the tensions among French teachers. In view of the disparity of educational practices, the education authority decided to give precedence to the teaching of literature, focused on the transmission of a common literary heritage

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (1365 p. )
  • Notes : Thèse microfichée
  • Annexes : Bibliogr. p. 1275-1341. Annexes. Liste des tableaux, table des graphiques

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Rennes 2 - BU centrale (Rennes).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TR RENNES 2010/118/1

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Rennes 2 - BU centrale (Rennes).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 2010/REN2/0055
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.