Expression des récepteurs de chimiokines par la cellule musculaire lisse bronchique : rôles dans l'activation cellulaire et l'infection par le virus respiratoire Syncytial

par Abdelkader Saidi

Thèse de doctorat en Pharmacie. Immunologie

Sous la direction de Moncef Guenounou.

Soutenue en 2010

à Reims .

  • Titre traduit

    Chemokine receptors expression by airway smooth muscle cell : role in cellular activation and respiratory syncytial virus infection


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    L' @asthme est une affection des voies respiratoires caractérisée par l’association d’une broncho-constriction et un remodelage bronchique. Les crises d’asthme répétées entraînent un épaississement permanent des couches musculaires lisses de la paroi des voies respiratoires. La démonstration de la contraction des cellules musculaires lisses bronchiques (CMLB) en présence de l’histamine, des éicosanoïdes et des cytokines proinflammatoires, renforce le concept de cellules cibles dans l’asthme. Cependant, des recherches récentes ont suggéré également une participation de ces cellules dans certaines les étapes de la réponse allergique grâce à leur production de plusieurs médiateurs, notamment les cytokines de types Th1 et Th2 et les chimiokines. Des travaux menés dans notre laboratoire ont montré que les CMLB pourraient exprimer certains récepteurs de chimiokines (notamment le CCR3). L’ensemble de ces données nous ont permis d’orienter nos recherches vers l’analyse de l’expression d’autres récepteurs par ces cellules. Les expériences de RT-PCR quantitative et de cytométrie en flux nous ont permis de montrer que les CMLB expriment les récepteurs de chimiokines CCR2, CCR4 et CCR5. De plus, l’activation des ces récepteurs par les chimiokines (MCP1, MDC et MIP-1β) induit une mobilisation de calcium intracellulaire et un chimiotactisme des CMLB. La stimulation de ces cellules par les cytokines pro-inflammatoires (TNF-α et IL1-β) régule l’expression des CCR4 et CCR5 et ne semble pas avoir d’effet sur celle de CCR2. Ces travaux suggèrent un rôle potentiel de certains récepteurs de chimiokines dans le remodelage bronchique constaté chez les patients asthmatiques. Bien que le virus respiratoire syncytial (VRS) soit la cause principale de l’infection des voies respiratoires inférieures chez les enfants, l’effet de ce pathogène sur les CMLB n’a pas été suffisamment étudiée. Ainsi, nous avons émis l’hypothèse de la possibilité de l’infection des CMLB par le VRS. L’influence du VRS sur la libération de différents médiateurs par les CMLB a été déterminée par des expériences de RT-PCR et d’ELISA. Nos résultats démontrent que les CMLB sont sensibles à l'infection par le VRS in vitro et ne manifestent pas d’effet cytopathique comparable à celui habituellement observé sur les cellules épithéliales bronchiques. Nous avons montré également que, suite à l’infection des CMLB par le VRS, l'expression des cytokines pro-inflammatoires TNFα, IL-1β et l'IL6 est augmentée de façon significative. Une forte expression de l'IL-8 est constatée notamment 48h post-infection, tant au niveau ARNm qu’au niveau protéique. De plus, les expériences de chimiotactisme des neutrophiles en chambre de Boyden en réponse aux surnageants des CMLB infectées par le VRS ont montré une migration cellulaire. L’ensemble de ces résultats suggèrent que les CMLB pourraient être des cellules hôtes du VRS et jouer un rôle dans la réponse immunitaire en sécrétant des médiateurs inflammatoires souvent présents en grande quantité dans les muqueuses bronchiques et les LBA de patients asthmatiques ou ayant une exacerbation viro-induite par le VRS.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (172 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p.143-172

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Reims Champagne-Ardenne. Bibliothèque universitaire. Section Santé.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : SATHP10202
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.