L'herméneutique de la lecture chez Emmanuel Lévinas

par Vincent Laquais

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Jean Greisch.


  • Résumé

    Dans Au-delà du verset, Levinas constate que la lecture et le livre n'ont jamais été véritablement pensés par la tradition philosophique : « L'“animal doué de langage” d'Aristote n'a jamais été pensé, dans son ontologie, jusqu'au livre, ni interrogé sur le statut de son rapport religieux au livre. » Cet oubli peut sembler particulièrement étrange puisque les philosophes sont aussi, et peut-être surtout, des lecteurs. Cependant, le véritable problème se situe bien au-delà de cette remarque. Il nous semble que ce que révèle l'œuvre de Levinas, c'est que cette omission est symptomatique d'une certaine conception de l'entreprise philosophique : elle accompagne la mise en avant de l'ontologie comme philosophie première ainsi qu'une certaine réticence à l'égard de l'altérité. Si la lecture est une problématique littéraire, pédagogique ou psychologique, elle est aussi une problématique herméneutique et éthique qui engage une nouvelle conception de la philosophie. Notre hypothèse est que, bien que relativement peu présente de manière explicite chez Levinas, la question de la lecture est au cœur de son œuvre. En effet, le livre est une modalité de notre être et non simplement un objet de divertissement ou un manuel. Il est le lieu d'une certaine approche de l'altérité, d'une mise en crise de l'ontologie et d'une promotion de l'éthique comme philosophie première. Il ne s'agit pas de confondre le livre et le visage, mais de montrer qu'autrui est présent et s'expose dans le livre selon une modalité particulière qu'il est important de relever

  • Titre traduit

    Reading's hermeneutics in Emmanuel Levinas


  • Résumé

    In Au-delà du verset, Levinas notices that reading and the Book have never really been thought by the philosophical tradition. “”The animal endowed with language” by Aristotle, has never been considered, in his ontology, as related to the book, nor questioned on the status of his religious relation to the book. ” This oversight might seem particularly surprising, since philosophers are also, and maybe above all, readers. However the real issue, lies far beyond this fact. To us what Levinas’s work reveals is that this oversight is symptomatic of a specific conception of the philosophical reality. It goes along with the fact ontology is seen as prima philosophae as well as a sort of hesitation toward alterity. If reading is a literary, pedagogical and psychological problematic, it is also an hermeneutic and ethical one which entails a new conception of philosophy. Our hypothesis is that, even if scarcely explicit in Levinas’s, the question of reading is the gist of his work. Indeed, the Book is a modality of our being and not only an entertainment or a Zum-Buch-sein. It is the place of our approach of alterity, of the destitution of ontology and of the promotion of ethics as prima philosophae. The confusion between the Book and the Face must be avoided. We must show indeed the Other is present and exposed in the book according to a specific modality we have to underline

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (350 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury.
  • Annexes : Bibliogr. ff. (311-345).

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Poitiers. Service commun de la documentation. BU Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Institut catholique de Paris. Bibliothèque de Fels.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.