Évaluer le coût des politiques climatiques : de l'importance des mécanismes de second rang

par Céline Guivarch

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Jean-Charles Hourcade.

Le président du jury était Lawrence Goulder.

Le jury était composé de Jean-Charles Hourcade, Pierre-Noël Giraud.

Les rapporteurs étaient Franck Lecocq, Mark Jaccard.


  • Résumé

    La thèse montre comment des mécanismes "de second rang" (rigidités des marchés du travail, imperfection des anticipations) et des mécanismes considérés de court-terme(inertie du capital installé, chômage) induisent que (i) les coûts de l'atténuation sont des coûts de transition, si tant est que des politiques de réorientation des investissements sont mises en place de façon précoce pour éviter des lock-ins sur des chemins de développement carbonés ; (ii) ces coûts peuvent être élevés, en particulier pour les pays émergents et en développement. Dès lors, la représentation des rigidités du monde réel dans les modèles des interfaces économie-énergie-environnement a des implications importantes pour l'analyse des politiques climatiques. L'égalisation des prix du carbone n'est plus la politique minimisant les coûts de l'atténuation lorsque l'on se place dans un monde de second-rang. La thèse illustre ainsi que le paquet "prix du carbone mondial plus transferts compensatoires" ne peut conduire, par lui-même, à un accord acceptable pour les pays émergents et en développement. Elle insiste sur la nécessité de concevoir des politiques alternatives ouvrant la palette des variables de contrôle (investissements publics, infrastructures, réformes fiscales) et passant par des politiques spécifiques au niveau local

  • Titre traduit

    Evaluating mitigation costs : the importance of representing second best mechanisms


  • Résumé

    The thesis shows how second-best mechanisms (labour markets rigidities, imperfect foresight) and mechanisms considered as short-term issues (inertia of productive capital,unemployment) induce that (i) mitigation costs are transition costs insofar as policies to reorient investments to low-carbon infrastructures are implemented early to avoid lock-ins in high-carbon development paths ; (ii) these transition costs can be significant, in particular for emerging and developing countries. Therefore, representing real world rigidities in energy-economy-environment models has important implications for the analysis of climate policies. Equalizing carbon prices is not anymore the policy minizing mitigation costs if a second-best world is considered. The thesis thus illustrates that the package "worldwide carbon price plus compensatory transfers" cannot lead, by itself, to a palatable deal for emerging and developing countries. It insists on the necessity to design alternative policies to open the control variables palette (public investments, infrastructures, fiscal reforms) and allowing specific policies at the local level


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Communautés d’Universités et d'Etablissements Université Paris-Est. Bibliothèque universitaire.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.