L'héroïsme au féminin ?

par Delphine Petit

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de Geneviève Artigas-Menant.

Soutenue le 16-12-2010

à Paris Est , dans le cadre de Ecole doctorale Cultures et Sociétés (Créteil ; 2010-2015) , en partenariat avec LIS - Lettres Idées Savoir (laboratoire) .

Le président du jury était Françoise Gevrey.

Le jury était composé de Geneviève Artigas-Menant, Shelly Charles, Jacques Cormier.

Les rapporteurs étaient Carole Dornier, Éric Francalanza.


  • Résumé

    Les romanciers français de la première moitié du dix-huitième siècle, en privilégiant ledéveloppement de la figure féminine, participent à l’évolution du motif héroïque hérité des sièclesprécédents.L’héroïne de roman est confrontée, au même titre que le héros, aux circonstances dans lesquellesun comportement d’ordre héroïque se décide. Mais il se révèle intéressant de constater l’illustrationambiguë de ce nouveau mérite : la peinture d’une élite féminine côtoie l’évocation d’une immoralitécondamnable. La difficulté est alors de distinguer les sources de cette ambiguïté : réside-t-elle dans lecomportement de l’héroïne ou dans sa représentation dans le récit ?Examiner l’existence d’un héroïsme au féminin, c’est avant tout essayer de mettre en évidence lemode de création du personnage féminin et s’interroger sur son identité romanesque. Le personnageféminin dans le roman de la première moitié du dix-huitième siècle est, en effet, à découvrir au-delàdes contradictions et des incohérences qui nourrissent son portrait.C’est à travers la découverte des constantes, des parentés et des rapprochements entre desromanciers comme Challe, Prévost, Marivaux et Crébillon que l’on peut envisager la problématiquehéroïque du personnage féminin : l’héroïne, d’origine incertaine, séduite, trompée (ou croyant l’être),est toujours victime de sa condition. Une esthétique de la figure féminine que l’on peut retrouver chezcertains romanciers contemporains de ces auteurs par exemple Madame de Tencin, Madame deGraffigny, Montesquieu, Duclos et Mouhy

  • Titre traduit

    Étude sur le roman français de la première moitié du XVIIIe siècle


  • Résumé

    The French novelists of the first half of the eighteenth century, emphasizing the development of thefeminine, play an important role in the evolution of the heroic pattern inherited from previous centuries.The heroine of the novel, as well as the hero, faces circumstances which require a heroic response.This new merit is, however, ambiguously illustrated: the painting of a female elite includes a hint ofcondemnable immorality. The difficulty is then to distinguish the sources of this ambiguity: does itbelong to the heroine’s behavior or does it reside in its representation in the narrative?To examine the existence of a feminine heroism is first of all to try to highlight the mode of creationof the female character and to question its novelistic identity. The female character in the French novelof the early eighteenth century leaves much to be discovered beyond her portrait’s contradictions andincoherences.By examining the constants, relationships and parallels between novelists such as Challe, Prévost,Marivaux and Crébillon we can better understand the problem of the heroic female character: theheroine, of uncertain origins, seduced, deceived (or believing to be), is always a victim of hercondition. An aesthetics of the female figure is also found in the works of Madame de Tencin, Madamede Graffigny, Montesquieu, Duclos and Mouhy

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Communautés d’Universités et d'Etablissements Université Paris-Est. Bibliothèque universitaire.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.