La politique étrangère de la France : contribution à l'étude et analyse des politiques étrangères de la France sous la présidence de François Mitterrand

par Lucien Denis

Thèse de doctorat en Droit

Sous la direction de Christophe Euzet.

Soutenue en 2010

à Perpignan .


  • Résumé

    Durant 14 ans d’intermède socialiste (1981-1995), y-a-t-il eu continuation, inflexion, changement dans la politique étrangère de la France par rapport à la période précédente ? Quelle a été la réelle pensée internationale du Président François Mitterrand à chaque décision importante durant ses deux septennats ? De la crise des euromissiles avec le discours du Bundestag à la Chute du Mur de Berlin et les hésitations présidentielles sur la réunification allemande, de la participation à la guerre du Golfe et de l’implosion de l’URSS au référendum sur le traité de Maastricht, le sillon gaullien semble avoir été une constante de la politique extérieure mitterrandienne. Cette continuité dans l’appréhension des relations internationales de la France puisée aux sources du gaullisme constitue une exception française de « non-alignement » systématique à l’intérieur d’une Europe de plus en plus intégrée. Pourtant, la combativité du Président de la République pendant la tragédie yougoslave, malgré sa juste vision historico-ethnique de ce conflit, ne résistera pas à la pression d’une Allemagne économiquement plus forte et politiquement réunifiée. Ce sont tous ces éléments de compréhension et d’analyse sur la politique extérieure de François Mitterrand, à une époque charnière de la Ve République, que cette thèse se propose d’éclairer.


  • Résumé

    During 14 years of socialist interlude (1981-1995), were there continuations, inflexions or mutations in France's foreign policy in relation to the previous period? What was the real international thought of President François Mitterrand at each important decision during his both mandates? From the euro missile crisis with the speech given at the Bundestag to the fall off the Berlin Wall at the presidential hesitations on German reunification, from a participation in the Gulf War and the implosion of USSR, to the referendum about the Maastricht treaty, the Gaullist international way seems to have been constant in François Mitterrand’s foreign policy. This continuity in the apprehension of France’s international relationships drawn from Gaullism constitutes the French exception of a systematic “non-alignment” within a more and more integrated Europe. Yet, the President of the Republic’s fighting attitude during the Yugoslavian tragedy, in spite of his right historical-ethnic vision of this conflict, did not resist to the pressure of an economically stronger and politically reunified Germany. This thesis hopes to clarify all these elements leading to the understandings and analysis for François Mitterrand’s foreign policy, at a particular period of the fifth Republic.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (891 f.)
  • Annexes : Bibliographie f. 755-787. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Perpignan Via Domitia. Service commun de la documentation. Section Droit et Sciences économiques.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TD 2010 DEN
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.