Les politiques publiques de santé au Burundi

par Siméon Barumwete

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de François Constantin.

Soutenue en 2010

à Pau .

  • Titre traduit

    Health public policies in Burundi


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Le Burundi est parmi les pays les plus pauvres du monde et il dépend de l'aide publique au développement pour assurer ses missions de services publics. Dans le secteur sanitaire , d'énormes défaillantes (financières, humaines, inégale répartition des infrastrucutres et du personnel de santé. . . ) l'empêchent d'élaborer et de mettre en œuvre des politiques publiques efficaces. Ces dernières sont élaborées à la suite des recommandations émises lors des grandes conférences sur la santé (Alma-Ata, Bamako, Doha) ou sur le développement (sommet du Millénaire) et sont mises en œuvre localement grâce à l'appui technique et financier des institutions financières internationales (Banque mondiale, FMI) ou des agences onusiennes (OMS, UNICEF. . . ). Elles sont le reflet du phénomène d'internationalisation de certains problèmes de santé publique (VIH/SIDA, médicaments essentiels,. . . ) dont la recherche de solutions puise dans les normes, les conventions et les valeurs dominantes au niveau international parfois contraires aux spécificités locales (culturelles, économiques et politiques). Ainsi depuis 1986, ces institutions ont imposé des réformes économiques libérales ayant occasionné le passage du régime de la gratuité au régime du paiement des soins par les usagers dans un pays où plus de 65% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. Par ailleurs, ces politiques publiques sont mises en œuvre dans un contexte politique de perte de centralité de l'Etat dans l'action publique et d'émergence d'une multiplicité d'acteurs aux intérêts divergents (secteur privé, associations nationales, ONG, organisations supranationales) agissant à plusieurs niveaux (local, national et international) alors que les défaillances institutionnelles de l'Etat ne permettent pas une meilleure coordination. Tous ces facteurs font que la mise en œuvre des politiques de santé produit des effets pervers à savoir la paupérisation de la population et l'exclusion des pauvres aux soins de santé.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (451 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 432-451

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Pau et des Pays de l'Adour. Service Commun de la Documentation. Section Droit et Sciences économiques.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : UDT 2209
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.