L'Afrique au mouvement olympique : enjeux et stratégies de l'influence de la France dans l'internationalisation du sport africain (1944-1966)

par Pascal Charitas

Thèse de doctorat en Sciences du sport

Sous la direction de Daniel Denis et de David-Claude Kemo-Keimbou.


  • Résumé

    La thèse a pour objectif d'étudier le rôle et l'influence de la France dans le processus d'internationalisation du sport en Afrique noire francophone au Mouvement olympique (1944-1966). Il s'agit de montrer que les manifestations sportives compétitives entre la France et l'Afrique pendant la période coloniale, puis au moment de la décolonisation deviennent les analyseurs de la dynamique des transformations des dispositifs politiques du sport africain. (FN, CNO et FI). En effet, dans le contexte d'après Seconde Guerre mondiale, la question principale est de comprendre comment et dans quelles conditions l'accès des anciennes colonies françaises en Afrique au CIO peut-il révéler les transformations des relations franco-africaines. La démonstration s'articule autour de trois moments : d'abord, les effets conjugués des reconfigurations du Nouvel ordre international post-Seconde Guerre mondiale, consécutives aux influences de la guerre froide et du tiers-mondisme qui rendent nécessaire dans un but de préservation du pré-carré, le rapprochement entre les anciennes colonies françaises avec le Mouvement olympique ; ensuite, la Ve République française de De Gaulle intègre cet enjeu de la reconnaissance sportive olympique de ses anciennes colonies africaines en pleine accession à l'indépendance par des Jeux de la Communauté et de l'Amitié (1960-1963) ; enfin, la mise en interaction des dispositifs politiques franco-africains au CIO (CAIO, 1961) permet d'envisager une politique sportive olympique africaine (Jeux Africains, 1965 et CSSA, 1966). En conséquence, la coopération sportive franco-africaine devient l'instrument de la politique étrangère gaullienne, rendue possible par la connivence des élites politiques du sport africain avec les dirigeants français. Dans cette perspective, on met ainsi au jour un double processus : le maintien de l'influence française dans le sport africain postcolonial par l'utilisation stratégique du Mouvement olympique d'une part ; et la réappropriation de cet espace olympique par les élites politiques du sport africain pour affirmer leurs revendications d'autre part : l'anti-apartheid et la poursuite de l'aide au développement au sport olympique.

  • Titre traduit

    Africa and the Olympic Movement : French Stakes, Strategies and Influences in the Internationalisation of African Sport (1944-1966)


  • Résumé

    The goal of the thesis is to study the role and influence of France in the process of intemationalising sport in French-speaking sub-Saharan Africa in the framework of the Olympic Movement (1944-1966). It aims to show how competitive sporting events between France and Africa during the colonial period and then at decolonisation revealed the dynamic of the changes in the political systems governing African sport (national and international federations, NOC). In the post-war context, the primary question is to understand how and under what conditions access to the IOC by the former French colonies in Africa can reveal the transformations in Franco-African relations. The demonstration focuses on three key moments : first, the combined effects of the reconfiguration in the new world order following the Second World War, such as the influence of the Cold War and the third-worldism that made it necessary for the former French colonies to strengthen relations with the Olympic Movement in order to defend their territory ; second, De Gaulle's Fifth Republic's formalising of Olympic sporting recognition for the former African colonies on their way to full independence through the Jeux de la Communauté Française and the Jeux de l'Amitié (1960-1963) ; and finally the new interaction between the French and African political systems at the IOC, which made it possible to envisage an African Olympic sports policy (all-Africa Games, 1965, and SCSA, 1966). Consequently, Franco-African sporting cooperation became an instrument of De Gaulle's foreign policy, thanks to support for the French government from the political elites of African sport. This viewpoint reveals a process working in two directions : maintaining French influence in postcolonial African sport through the strategic use of the OIympic Movement on the one hand, and the reappropriation of this Olympic space by the political elites of African sport to support their causes, fighting apartheid and pursuing development aid, on the other.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Annexes : Bibliogr. p.813-913.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sud (Orsay, Essonne). Bibliothèque des STAPS.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH 2010/7
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.