Détection d’oscillations de longues périodes dans la couronne solaire : analyse statistique des données EIT/SOHO à 19.5 nm pendant le cycle solaire 23

par Emmanuelle Tison

Thèse de doctorat en Physique

Sous la direction de Karine Bocchialini.

Soutenue en 2010

à Paris 11 , en partenariat avec Université de Paris-Sud. Faculté des Sciences d'Orsay (Essonne) (autre partenaire) .


  • Résumé

    Le but de l’étude conduite durant ma thèse est de faire une détection systématique de ces oscillations de longue période en intensité, sans a priori sur un type de structure particulier de la couronne. J’ai pour cela analysé les données de l’imageur extrême UV EIT à bord du satellite SOHO, entre janvier 1997 et septembre 2008, ce qui m’a permis de couvrir pratiquement la totalité du cycle solaire 23. Plus de 400 oscillations de période variant entre 3. 4 et 13. 6h ont ainsi pu être mises en évidence, avec une période plus fréquemment observée de 6-7h. Ces oscillations sont principalement localisées dans des régions actives, dans des boucles coronales et durent plus de 10h. Après une analyse des sources instrumentales pouvant être à l’origine de telles oscillations, nous avons conclu qu’elles étaient bien d’origine solaire. Dans ce manuscrit, plusieurs hypothèses sont mises en avant pour expliquer le comportement de ces oscillations. Nous suggérons notamment que les variations périodiques d’intensité pourraient être le résultat d’un cycle de condensation du plasma coronal dans les boucles solaires.

  • Titre traduit

    Detection of ultra-long period intensity oscillations in the solar corona and statistical analysis of EIT/SOHO data at 19. 5 nm during the solar cycle 23


  • Résumé

    The aim of the statistical study conducted during my PhD is to perform a systematic detection of ultra-long period intensity oscillations without a priori on the type of coronal structures using EIT data on board SOHO at 19. 5 nm from January 1997 to September 2008, i. E almost the entire solar cycle 23. We detected more than 400 oscillations whose periods range between 3. 4 and 13. 6 h with a more frequent period of 6-7h. Most of the oscillations are localized in active regions, in coronal loops and last several ten hours or so. We performed a comprehensive analysis of the possible instrumental sources and conclude that the observed signal is of solar origin. We discuss various hypotheses which could explain the behavior of the oscillations found. In particular, we suggest that the periodical intensity variations observed may be the result of a condensation cycle of the coronal plasma in loops.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (96 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. [97-102]

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Sud (Orsay, Essonne). Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 0g ORSAY(2010)360
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.