Recherche de la vibration géante de pairesMesure du temps de vie du premier état excité 2+ du 74Zn par méthode plunger

par Baptiste Mouginot

Thèse de doctorat en Physique

Sous la direction de Faïçal Azaiez.

Soutenue en 2010

à Paris 11 , en partenariat avec Université de Paris-Sud. Faculté des Sciences d'Orsay (Essonne) (autre partenaire) .


  • Résumé

    Dans un premier temps, j'ai participé à la réalisation et à l'analyse d'une expérience réalisée au GANIL ayant pour but d'étudier l'évolution de la structure des isotopes du zinc riches en neutrons. Lors de cette expérience, nous avons mesuré le temps de vie du premier état excité du 74Zn par méthode plunger. Le faisceau radioactif de 74Zn utilisé (34 MeV/u) a été produit et purifié avec la première moitié du spectromètre LISE. La seconde a été utilisée pour l'identification des produits de la réaction. Le détecteur EXOGAM couplé avec le dispositif plunger a permis la mesure de temps de vie de l'ordre de quelques dizaines de picosecondes. Avec la comparaison de notre mesure avec les résultats d'excitation coulombienne réalisée à ISOLDE, nous avons déterminé le moment quadripolaire du 74Zn. Je me suis ensuite concentré à la réalisation de deux expériences de transfert (120Sn(p,t)118Sn et 208Pb(p,t)206Pb) réalisées à iThemba LABs (Afrique du Sud). Ces deux expériences avaient pour but d'identifier la Vibration Géante de Paires. Cette résonance géante suggérée par de nombreux calculs théoriques reste, malgré les différents efforts visant à l'identifier, toujours sans preuve expérimentale. Ces deux expériences ont été réalisées dans les conditions idéales, quant à l'observation de la GPV : un faisceau de protons à relativement faibles énergies (50 et 60 MeV) et un spectromètre (K600) utilisé à des angles faibles (7° et 0°). Bien qu'ayant une nouvelle fois aucun indice clair de présence de GPV, nous avons pu établir une valeur maximale sur la section efficace de population dans le canal de transfert de deux neutrons de la GPV dans ces noyaux.

  • Titre traduit

    Search of the Giant Pairing Vibration


  • Résumé

    My PhD consist of two independent parts. Firstly I participated in and analyze an experiment done at GANIL. This experiment was performed to study the evolution of the structure of neutron rich zinc isotopes, by measuring the life time of the first excited 2+ state of 74Zn by plunger technique. A secondary radioactive beam of 74Zn at 34MeV/u was used. This beam was produced by in-flight fragmentation using the first half of the LISE spectrometer, whereas the second halfwas used to identify the final reaction product. The EXOGAM array and the differential Plunger technique provided information on the gamma spectroscopy and life time of the excited states from picoseconds to tens of picoseconds. A comparison with the Coulomb excitation experiment results done at lSOLDE, allowed us to extract the first quadrupole moment of a neutron rich zinc isotope, where the g 9/2 neutron 40 orbital starts to be filled. The second part of my PhD was focused on the realization and the analysis of two transfer reactions (120Sn(p,t)118Sn et 208Pb(p,t)206Pb) done at iThemba LABs (Cape Town - South Africa). These two experiments were performed to identify the Giant Pairing Vibration (GPV). This giant resonance, predicted by many theoretical calculations, still is, despite some early efforts, without any conclusive experimental confirmation. The two experiments were performed using optimal conditions to observe the GPV : a proton beam at low energy (50 and 60 MeV) and a spectrometer (K600) used at lowest angle (7° and 0°). Although we did not observe any clear evidence of the GPV, we were able to set an upper limit on the two neutrons transfer cross section populating the GPV in these nuclei.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2011 par [CCSD] [diffusion/distribution] à Villeurbanne

Recherche de la vibration géante de paires

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (138 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 135-138

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Sud (Orsay, Essonne). Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 0g ORSAY(2010)295
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.