Structures dissipatives du milieu interstellaire : observations et modélisations

par Benjamin Godard

Thèse de doctorat en Terre, océan, espace. Astronomie et Astrophysique

Sous la direction de Edith Falgarone et de Guillaume Pineau des Forêts.

  • Titre traduit

    Dissipative structures of the interstellar medium : observations and modelling


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Les observations du CNM (Cold Neutral Medium) réalisées en absorption révèlent un gaz, qui, bien que faiblement protégé du champ destructeur de radiation UV, est chimiquement riche : les abondances de nombreuses espèces telles que CH+ et H2 excité sont des ordres de grandeurs supérieures aux prédictions des modèles traditionnels de type PDR (PhotoDissociation Regions). Ces molécules pouvant être produites via l'activation de réactions hautement endoénergétiques (quelques 1000 K), il est probable que ces caractéristiques chimiques proviennent de la dissipation d'énergie supra-thermique, telle que celle contenue dans la turbulence interstellaire. Durant ma thèse j'ai exploré ce processus clef de l'évolution du gaz diffus. D'une part en poursuivant les observations dans le but de découvrir d'autres traceurs d'une chimie non gouvernée par le champ de rayonnement UV. Et d'autre part, en développant un modèle numérique que j'ai baptisé TDR (Turbulent Dissipation Regions). Dans ce modèle, l'énergie turbulente est dissipée de manière intermittente dans des structures cohérentes magnétisées de forte vorticité. Après calcul de l'évolution chimique du gaz dans un vortex, une ligne de visée aléatoire est modélisée, en tenant compte des durées relatives de la bouffée de dissipation d'énergie à l'intérieur des vortex, et des relaxations chimiques et thermique après destabilisation de ces structures. Pour une gamme étendue des principaux paramètres (la densité et le taux d'étirement), l'enrichissement chimique induit est suffisant pour reproduire simultanément les densités de colonne de plusieurs molécules, ainsi que leurs corrélations observées dans le milieu interstellaire diffus.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (300 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 291-300

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Sud (Orsay, Essonne). Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 0g ORSAY(2010)27
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.